NOUVELLES
20/07/2013 05:12 EDT | Actualisé 19/09/2013 05:12 EDT

Un oiseau fait la loi au parc Jarry (VIDÉO)

SRC

La quiétude habituelle du parc Jarry, l'un des parcs préférés des Montréalais situé dans l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, est troublée depuis quelques jours par un oiseau particulièrement agressif qui s'en prend à quiconque s'approche trop près du bosquet où sa femelle a niché.

Ce carouge à épaulettes mâle, qu'on reconnaît aux deux taches rouges qui prennent la forme d'épaulettes lorsqu'il prend une attitude d'intimidation, défend son territoire avec un zèle redoutable, comme en fait foi cette vidéo réalisée récemment et partagée sur le site YouTube.

L'auteur de la vidéo, Anne-Sophie Pratte, a été intrigué par l'attitude belliqueuse de ce petit volatile. Après avoir été attaquée lors d'une promenade au parc, Mme Pratte a décidé de filmer le secteur où nichait l'oiseau, et d'observer ces attaques, le 18 juillet dernier. « Je passe là tous les matins [...] je me suis fait attaquer à deux reprises », explique-t-elle. Avec l'aide de son compagnon, elle a filmé les attaques pendant deux heures, et en a tiré quelques conclusions. Elle a constaté que la grande majorité des passants qui passaient près du perchoir se faisaient attaquer. « Il n'attaque pas les groupes », note-t-elle cependant.

Pour les besoins du tournage, Mme Pratte est volontairement passée près du nichoir de l'oiseau, afin que son compagnon puisse filmer l'attaque. Les coups de bec ou des griffes du volatile ne sont pas douloureux, estime Mme Pratte. Toutefois, ils peuvent être plutôt désagréables pour les personnes qui sont chauves ou qui ont des cheveux courts, pense-t-elle.

Marc Larivière aussi a goûté à la médecine du carouge à épaulettes lundi dernier. « Il m'a frappé la tête et est parti aussi vite qu'il est venu, raconte-t-il. Il y avait d'autres passants pas très loin, son choix m'a semblé arbitraire, je ne vois pas trop ce que j'aurais pu faire pour le provoquer. »

Pourquoi tant d'agressivité?

Si le comportement de l'oiseau peut étonner les passants du parc Jarry, il ne surprend pas Jo-Annie Gagnon, biologiste au refuge pour oiseaux Le nichoir à Hudson.

L'oiseau protège ses oisillons de ceux qu'il perçoit comme étant des prédateurs. Il adopte ce comportement lorsque ses petits quittent le nid, et apprennent à se déplacer dans le but de s'envoler. Les oisillons sont sûrement au niveau du sol, dans les buissons situés autour du perchoir du carouge, selon la biologiste.

« Pendant cette période, ils sont très vulnérables aux prédateurs, donc les parents vont rester dans les alentours pour les protéger des prédateurs qu'ils aperçoivent, y compris de nous, car ils pensent que l'on va attaquer leurs bébés même si on ne veut pas le faire », dit Mme Gagnon. Le mâle s'en prend ainsi à tous ceux qui osent s'approcher d'un peu trop près des oisillons au sol, qu'il s'agisse d'humains, d'animaux de compagnie ou même d'aigles, explique Mme Gagnon, en entrevue à CBC.

Les attaques se terminent au bout de trois semaines, généralement, lorsque les oisillons finissent par s'envoler. La biologiste explique aussi qu'il est important de ne pas toucher les oisillons au sol. Même s'ils sont loin de leur nid, ils n'ont pas besoin d'aide, car ils découvrent leur environnement sous l'œil de leurs parents. La Ville de Montréal est au courant de la situation: des panneaux ont été placés autour de la zone où le carouge est perché au parc Jarry.

Toutefois, le chemin est très achalandé et il n'est pas réaliste d'en bloquer l'accès, car cela obligerait les promeneurs à effectuer un important détour, explique Mme Pratte.

L'été dernier, le même problème s'était présenté le long du canal Rideau, à Ottawa. Selon un reportage de la CBC, les oiseaux semblaient particulièrement attisés par les joggeuses portant une queue de cheval.

INOLTRE SU HUFFPOST

9 animaux qui se prennent pour des humains