NOUVELLES

Un attentat dans une mosquée sunnite de l'Irak fait 17 morts et 50 blessés

19/07/2013 09:52 EDT | Actualisé 18/09/2013 05:12 EDT

BAGDAD - Une bombe a explosé dans une mosquée sunnite du centre de l'Irak au moment de la prière de la mi-journée, vendredi, tuant au moins 17 personnes.

Les violences se multiplient en Irak depuis le début du Ramadan, le mois saint des musulmans. Depuis le 9 juillet, près de 200 Irakiens ont été tués dans des attentats.

L'explosion de vendredi a frappé la mosquée Abu Bakir al-Sideeq dans la ville de Wijaihiya, à environ 80 kilomètres au nord-est de Bagdad, a déclaré un membre du conseil provincial de Diyala, Sadiq al-Husseini. L'attentat a fait au moins 17 morts, a-t-il dit.

La province de Diyala a été le théâtre de certains des plus violents combats entre les troupes américaines et les insurgés irakiens, et les attaques terroristes continuent d'y être fréquentes. La région, qui comprend autant des sunnites que des chiites, est un terrain d'affrontement entre les milices chiites et les insurgés sunnites depuis plusieurs années.

«Le terrorisme vise tous les groupes religieux de Diyala. Les attaques visent les mosquées sunnites et chiites, les funérailles et les terrains de football pour entraîner la province dans un conflit interreligieux. Toutes les victimes étaient des civils», a déclaré M. Al-Husseini, en lançant un appel au calme. «J'appelle tous les résidants de Diyala à faire preuve de retenue».

Des policiers et des responsables d'hôpitaux ont confirmé le bilan des victimes sous le couvert de l'anonymat. Ils ont également rapporté que l'attentat avait fait plus de 50 blessés et ont prévenu que le nombre de victimes pourrait augmenter.

L'attaque s'est produite alors que le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, achevait une tournée de deux jours en Irak en visitant des mausolées chiites dans les villes saintes de Najaf et Kerbala, au sud de Bagdad. Rien n'indique que l'attentat ait un lien avec sa visite.

PLUS:pc