Tim Hortons (TSX:THI) a présenté ses excuses, vendredi, pour avoir bloqué l'accès à un site web gai et lesbien à partir des réseaux sans fil de ses établissements.

La populaire chaîne canadienne de cafés faisait face à une vague de réactions défavorables, vendredi, après qu'il eut été révélé qu'elle avait empêché des clients d'accéder au site d'information Dailyxtra.com, version en ligne du journal gratuit Xtra, qui est distribué à Ottawa, Toronto et Vancouver.

Lorsque la publication a demandé à ce que le site web soit accessible, pensant qu'il s'était retrouvé sur la liste noire par erreur, elle a reçu un courriel affirmant que le site n'était pas approprié pour une clientèle de tout âge dans un environnement public.

Vendredi après-midi, quelques heures après que des utilisateurs du réseau social Twitter eurent commencé à promettre de boycotter Tim Hortons, Michelle Robichaud, porte-parole de la chaîne, a présenté des excuses au nom de celle-ci et imputé l'erreur et la méprise subséquente à une tierce partie, un fournisseur de services d'accès à Internet.

Dans un entretien, Mme Robichaud a affirmé que l'accès à Dailyxtra.com n'aurait jamais dû être bloqué et que l'entreprise entendait corriger la situation.

L'éditeur et rédacteur en chef du quotidien Xtra, Brandon Matheson, a quant à lui accepté les excuses et estimé que Tim Hortons avait pris la bonne décision.

L'action de Tim Hortons a cédé vendredi 25 cents à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 59,16 $.

Aussi sur Le HuffPost:

Loading Slideshow...
  • Québec, 2013, ministère de la Justice

    «Est-ce que ça change quelque chose à ce que vous pensiez il y a 20 secondes?»

  • Québec, 2013, ministère de la Justice

    «Est-ce que ça change quelque chose à ce que vous pensiez il y a 20 secondes?»

  • Australie, 2011, Get Up Australia, « It's time »

    « It's time. End marriage discrimination. »

  • International, 2006, ILGA (International Lesbian and Gay Association)

    Journée internationale contre l'homophobie

  • États-Unis, 2008, Amnesty International

    « Être homosexuel, pire qu'être criminel. »

  • rance, 2011, Le Comité IDAHO (International Day Against Homophobia and Transphobia)

    « Pour nous, l'homophobie, c'est NON. Dites non à l'homophobie et oui à l'égalité des droits. »

  • Québec, 2009, GRIS-Montréal

    « Parce que plus on en parle, moins on laisse de place à l'homophobie. »