NOUVELLES

L'inflation a augmenté en juin au Canada pour atteindre 1,2 pour cent

19/07/2013 08:33 EDT | Actualisé 18/09/2013 05:12 EDT

OTTAWA - La hausse des prix de l'essence et des automobiles a fait progresser l'inflation canadienne à un niveau plus normal le mois dernier, a indiqué vendredi Statistique Canada.

À 1,2 pour cent, l'inflation annuelle se retrouve ainsi, pour la première fois depuis février, à l'intérieur de la fourchette d'un à trois pour cent préconisée par la Banque du Canada.

La hausse d'un demi-point de pourcentage de la croissance des prix à la consommation était la deuxième en autant de mois. L'indice avait touché un creux post-récession de 0,4 pour cent en avril.

Dans l'ensemble, les prix à la consommation ont avancé dans six des huit principales composantes étudiées par Statistique Canada. Les exceptions ont été la composante des soins de santé et soins personnels et celle des loisirs, de la formation et de la lecture.

Selon l'économiste en chef de la Banque de Montréal, Doug Porter, ce bond de l'inflation par rapport à ses niveaux extrêmement faibles est bienvenu. Et même s'il s'attend à ce que l'inflation progresse davantage cette année, M. Porter croit que les pressions sur les prix resteront faibles cette année et la prochaine.

«Nous allons vraisemblablement avoir une pression à la hausse sur les prix de l'essence, mais plus subtilement, avec le dollar canadien qui perd un peu de valeur, cela atténuera la pression sur les détaillants», a-t-il noté. «Mais pour ce qui est de l'inflation moyenne cette année, nous nous attendons toujours à quelque chose d'inférieur à deux pour cent (...) et franchement, nous ne voyons pas l'inflation atteindre deux pour cent l'année prochaine non plus.»

Compte tenu que les économies canadienne et mondiale sont toujours stagnantes, il serait difficile pour les producteurs et les détaillants d'instaurer des hausses de prix, a expliqué M. Porter. En outre, les coûts du travail restent toujours faibles.

Dans sa mise à jour économique de cette semaine, la Banque du Canada a expliqué la faible inflation en évoquant une marge importante de capacités inutilisées au pays et une augmentation de la concurrence dans le secteur du détail.

La banque centrale a indiqué ne pas s'attendre à ce que l'inflation de base, qui évalue les pressions sous-jacentes sur les prix, renoue avec le niveau de deux pour cent avant la mi-2015 — c'est d'ailleurs à ce moment que la banque prévoit que l'économie canadienne recommencera à tourner à pleine capacité.

L'inflation de base calculée par la Banque du Canada — qui exclut certains éléments dont les prix sont généralement plus volatils — a avancé de 0,2 point de pourcentage à 1,3 pour cent.

«L'environnement de faible inflation permettra à la Banque du Canada de garder son taux de financement à un jour inchangé jusqu'à la fin de 2014», a prédit l'économiste Sonya Gulati, de la Banque TD.

«À partir de ce moment-là, des hausses graduelles, mesurées et croissantes des taux d'intérêt seront attendues», a-t-elle ajouté.

Les éléments ayant le plus contribué à l'inflation en juin sont les prix de l'essence à la pompe, qui ont avancé de 4,6 pour cent par rapport à l'an dernier, et le prix d'achat de véhicules automobiles, qui a pris deux pour cent.

Sur une base mensuelle, le prix de l'essence a avancé de 2,8 pour cent par rapport au mois de mai.

De plus faibles croissances ont été observées pour les prix des aliments, en hausse de 1,2 pour cent par rapport à l'an dernier, et les coûts du logement, aussi en progression de 1,2 pour cent.

Le prix du gaz naturel a bondi de 11,3 pour cent, celui des loyers a gagné 1,7 pour cent et les taxes foncières ont progressé de 2,8 pour cent.

Plusieurs éléments ont aussi vu leur prix reculer. Les coûts d'intérêt hypothécaires ont retraité de 3,8 pour cent, celui de l'équipement vidéo a glissé de 9,2 pour cent, celui de l'équipement informatique a cédé 4,3 pour cent, celui des médicaments vendus sous ordonnance a diminué de 4,1 pour cent et celui des voyages organisés a ralenti de 4,8 pour cent.

Les prix ont progressé dans toutes les provinces sauf la Colombie-Britannique, qui a affiché un troisième mois de recul d'inflation, essentiellement en raison des coûts des aliments. La plus forte inflation a été observée au Manitoba, où elle s'est établie à 2,7 pour cent. Les prix de l'essence y ont avancé de 10,7 pour cent par rapport à l'an dernier.

PLUS:pc