NOUVELLES

Les demandeurs d'asile en Australie seront maintenant déportés en Papouasie

19/07/2013 11:29 EDT | Actualisé 18/09/2013 05:12 EDT

CANBERRA, Australie - Le premier ministre australien a annoncé vendredi que tous les réfugiés arrivant au pays par la mer seraient déportés en Papouasie-Nouvelle-Guinée, un changement de politique aussitôt dénoncé par les groupes de défense des droits de la personne.

La décision, décrite par le premier ministre Kevin Rudd comme «très intransigeante», vise à dissuader le nombre grandissant de demandeurs d'asile qui se rendent en Australie sur de frêles bateaux de pêche en provenance de pays pauvres comme l'Indonésie ou la Malaisie.

L'afflux de demandeurs d'asile est un problème politique majeur pour le Parti travailliste de M. Rudd, donné clairement perdant des élections qui doivent avoir lieu dans quelques mois.

«À partir de maintenant, tout demandeur d'asile qui arrivera en Australie par bateau n'aura aucune chance de s'installer en Australie en tant que réfugié», a déclaré M. Rudd aux journalistes, après avoir signé un pacte avec le premier ministre de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Peter O'Neill, qui permettra à l'Australie de déporter les réfugiés dans ce pays.

Cette nouvelle politique a été condamnée par les militants des droits de la personne et les défenseurs des réfugiés.

Ce nouveau projet «démontre non seulement un mépris total pour les demandeurs d'asile, mais un mépris total envers nos obligations juridiques et morales», a déclaré Graeme McGregor, coordonnateur de la campagne pour les réfugiés auprès de la section australienne d'Amnistie internationale.

David Manne, directeur d'un centre d'aide juridique pour les réfugiés et les immigrants, affirme que la nouvelle politique est un «renoncement fondamental» de l'engagement de l'Australie à protéger les réfugiés.

M. Manne a souligné que la Papouasie-Nouvelle-Guinée était un pays peu sûr, où les violences sont répandues et où de graves violations des droits de la personne se produisent au quotidien.

M. Rudd a assuré que la nouvelle politique était conforme aux obligations de l'Australie en vertu de la Convention relative au statut des réfugiés de l'ONU. La Papouasie-Nouvelle-Guinée est signataire de la même convention, qui établit les droits des réfugiés.

Les nouvelles règles s'appliqueront aux demandeurs d'asile arrivés en Australie à partir de vendredi.

Les demandes des réfugiés arrivés par bateau continueront d'être traitées en Australie et dans les camps de détention pour réfugiés en Papouasie-Nouvelle-Guinée et à Nauru.

L'Australie aidera les véritables réfugiés à s'installer en Papouasie-Nouvelle-Guinée, un pays dont l'économie repose largement sur l'agriculture de subsistance. Ceux qui n'auront pas obtenu le statut de réfugié seront renvoyés dans leur pays d'origine ou dans un autre pays que l'Australie.

En date de vendredi, 15 728 demandeurs d'asile étaient arrivés en Australie par bateau depuis le début de l'année. Le nombre d'arrivées est en voie de dépasser les 17 202 recensées l'an dernier.

L'Iran est devenu le principal pays d'origine des réfugiés arrivant en Australie. L'an dernier, un demandeur d'asile sur sept arrivé par bateau était Iranien, comparativement à un sur trois cette année.

Les autres principaux pays d'origine des demandeurs d'asile en Australie sont l'Afghanistan, le Sri Lanka, le Pakistan, le Vietnam, l'Irak, le Bangladesh et le Myanmar.

Dans l'île de Nauru, un minuscule pays du Pacifique où l'Australie a installé un centre de détention pour les réfugiés, une manifestation d'environ 150 demandeurs d'asile a tourné à la violence vendredi, a indiqué le ministère australien de l'Immigration dans un communiqué.

Un nombre indéterminé de manifestants et de gardiens ont été blessés, selon le ministère, qui affirme que la manifestation n'était pas liée à la nouvelle politique, annoncée plus tard durant la journée.

PLUS:pc