NOUVELLES

La France abandonne les accusations de terrorisme contre le musicien norvégien

19/07/2013 01:29 EDT | Actualisé 18/09/2013 05:12 EDT

PARIS - Les procureurs français ont abandonné les accusations de terrorisme contre un Norvégien amateur de «black metal» arrêté plus tôt cette semaine et l'ont libéré de prison, mais l'homme devra tout de même répondre à des accusations d'incitation à la haine.

Le bureau du procureur de la République a annoncé vendredi que Varg Vikernes avait été libéré jeudi soir, après avoir été interrogé pendant trois jours par la police à Brive-la-Gaillarde, dans le sud-ouest de la France.

La femme du Norvégien, de nationalité française, a été libérée mercredi. Les quatre armes à feu dont elle a fait l'acquisition récemment avaient éveillé les soupçons des autorités, même si elle dispose du permis approprié.

Varg Vikernes a connu une certaine notoriété dans les années 1990 en Norvège, après avoir été reconnu coupable du meurtre d'un membre de son groupe de musique et de l'incendie criminel de trois églises.

Les procureurs demandent tout de même qu'il soit traduit en justice pour les messages antisémites et xénophobes qu'il aurait écrits.

Lors de son arrestation, les autorités françaises avaient affirmé qu'il était un «sympathisant» du meurtrier norvégien Anders Behring Breivik, reconnu coupable l'an dernier pour les attentats de juillet 2011 en Norvège, qui avaient fait 77 morts.

PLUS:pc