NOUVELLES

Israël et la Palestine ont convenu d'un cadre pour les pourparlers

19/07/2013 09:19 EDT | Actualisé 18/09/2013 05:12 EDT

AMMAN, Jordanie - Les représentants d'Israël et de la Palestine se rencontreront bientôt à Washington afin de régler les derniers détails concernant la reprise des pourparlers de paix après un blocage de cinq ans, a annoncé vendredi le secrétaire d'État américain, John Kerry.

Après avoir passé les derniers jours à rencontrer les deux parties, M. Kerry a déclaré aux journalistes rassemblés à Amman, la capitale de la Jordanie, que les Israéliens et les Palestiniens s'étaient entendus sur un cadre de base pour les discussions.

Le chef de la diplomatie américaine a précisé que l'accord était en voie d'être formalisé et a refusé de donner des détails sur les questions qui avaient fait l'objet d'un accord entre les deux camps.

Il a ajouté que, si tout se passait comme prévu, Israël et la Palestine seraient de retour à la table des négociations dans la prochaine semaine.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qui a rencontré John Kerry à Ramallah, en Cisjordanie, plus tôt vendredi, a révélé que les Palestiniens avaient accepté de relancer les pourparlers de paix au terme de longues discussions.

Dans un communiqué, M. Abbas a indiqué que certains détails devaient encore être réglés mais que les négociateurs israéliens et palestiniens pourraient être invités à se rendre dans la capitale américaine pour reprendre les pourparlers au cours des prochains jours.

La question du cadre de base pour les négociations a été un obstacle majeur à leur reprise.

Jeudi soir, la Palestine avait refusé d'abandonner sa principale condition, soit la garantie que les discussions sur la délimitation des frontières entre un éventuel État palestinien et Israël seraient basées sur les frontières en vigueur durant le cessez-le-feu qui a duré de 1949 jusqu'à la guerre de 1967, durant laquelle Israël a conquis la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est.

L'État hébreu a rejeté toute condition préalable à la reprise des négociations.

L'annonce de vendredi laisse entendre que ce problème a été résolu. Mais M. Kerry a précisé qu'aucun détail ne serait divulgué. «La meilleure façon de donner une chance à ces négociations, c'est de les garder privées, a-t-il dit. Nous savons que ce défi comporte des choix difficiles.»

Le bureau du premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, n'a pas voulu commenter la nouvelle.

John Kerry, qui a fait de la reprise des pourparlers de paix entre Israël et la Palestine l'une de ses priorités, en est à son sixième voyage au Moyen-Orient en tant que secrétaire d'État. Depuis son arrivée dans la région lundi, il a rencontré M. Abbas à trois reprises et discuté plusieurs fois au téléphone avec M. Nétanyahou.

Les précédents gouvernements israéliens ont accepté deux fois de négocier en prenant pour point de départ les frontières de 1967, mais sans qu'un traité de paix ne soit signé. En plus de cette question, les discussions ont aussi achoppé sur des sujets importants, dont le sort des réfugiés palestiniens. Israël s'est retiré de la bande de Gaza en 2005.

PLUS:pc