Greenpeace relève l'incapacité à distinguer les différents types de pétrole brut

Publication: Mis à jour:
OIL
slick industry oil fuel... | Shutterstock

OTTAWA - Greenpeace est d'avis que l'incapacité à distinguer les différents types de pétrole brut — y compris la nature potentiellement explosive de ce qu'on appelle le pétrole de schiste — pourrait éventuellement coûter des vies.

Les wagons-citernes qui ont déraillé et explosé le 6 juillet à Lac-Mégantic transportaient du pétrole provenant d'un grand gisement de schiste dans le Dakota du Nord connu sous le nom de champ pétrolifère Bakken.

L'organisation environnementale Greenpeace affirme que les standards de sécurité du gouvernement fédéral ne font pas de distinction entre les différents types de pétrole brut, même si la composition chimique de ceux-ci peut faire en sorte qu'une sorte soit plus explosive qu'une autre.

Le porte-parole Keith Stewart a indiqué qu'il est encore trop tôt pour déterminer quel rôle le pétrole de Bakken a joué dans la tragédie, mais il note que les règles de sécurité n'ont pas suivi le rythme auquel s'est développé le transport de ces nouveaux types de pétrole.

Les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports font actuellement des tests afin de déterminer quel type de pétrole était transporté dans les wagons-citernes à Lac-Mégantic, mais ils ne veulent pas s'avancer à savoir si le type de pétrole a fait une différence dans la tragédie.

L'analyste ferroviaire Chris Damas de BCMI Research dit croire pour sa part que la composition du pétrole ne représente pas un enjeu de sécurité important et il estime qu'une nouvelle réglementation aurait peu d'impact.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Explosion d'un train à Lac-Mégantic
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction