NOUVELLES

Des milliers de partisans de Morsi manifestent dans plusieurs villes d'Égypte

19/07/2013 10:27 EDT | Actualisé 18/09/2013 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Plusieurs milliers de personnes manifestaient dans différentes villes d'Égypte, vendredi, réclamant le retour au pouvoir de Mohammed Morsi, le président destitué par les militaires il y a deux semaines.

Brandissant des drapeaux égyptiens et des photos de l'ex-président islamiste, les manifestants ont scandé des slogans contre le chef de l'armée, le général Abdel-Fatah al-Sissi.

Au Caire, les manifestants ont convergé vers une mosquée de l'est de la ville, où des milliers de partisans islamistes tiennent un «sit-in» depuis la destitution de M. Morsi.

Au moins 400 personnes ont manifesté à El-Arish, dans le nord de la péninsule du Sinaï. L'armée a distribué des dépliants appelant les citoyens à protéger le Sinaï contre les «terroristes».

Le nord du Sinaï a connu de nombreuses attaques de militants islamistes contre les forces de sécurité égyptiennes depuis deux ans. Le rythme des violences s'est accéléré depuis le renversement de Mohammed Morsi. Pour faire face à la situation, l'Égypte a renforcé sa sécurité dans la région avec l'accord d'Israël, qui s'inquiète aussi de l'intensification des attaques.

Malgré la chaleur qui accablait l'Égypte vendredi, des manifestants pro-Morsi se sont également rassemblés à Alexandrie et dans plusieurs villes du delta du Nil.

Les manifestations de vendredi coïncident avec le 10e jour du Ramadan, le mois sacré des musulmans, que les Égyptiens célèbrent en commémorant le jour où leurs forces armées ont franchi le canal de Suez, en octobre 1973, lors de la guerre avec Israël. Des avions de combat ont survolé la capitale pour souligner l'événement.

Les jeunes militants pro-démocratie qui avaient lancé les grandes manifestations ayant mené à la destitution de Mohammed Morsi par les militaires avaient également prévu de manifester sur la place Tahrir pour marquer le 10e jour du Ramadan, faisant craindre de nouveaux affrontements dans la capitale.

Même si les deux principales manifestations sont distantes de plusieurs kilomètres dans cette ville de 18 millions d'habitants, des marches de l'un ou l'autre des camps pourraient provoquer des accrochages.

Une soixantaine de personnes ont été tuées dans les affrontements survenus depuis la destitution du président islamiste.

PLUS:pc