NOUVELLES

Syrie : attentat, assassinat, revers pour les djihadistes et mission de l'ONU

17/07/2013 06:51 EDT | Actualisé 16/09/2013 05:12 EDT

La situation en Syrie ne cesse de se dégrader et la population vit toutes les formes de violences depuis le début du soulèvement populaire, voilà plus de deux ans.

Mercredi, un attentat à la voiture piégée à Kanaker, une ville près de Damas, a fait plusieurs victimes, selon la télévision nationale. Des insurgés ont avancé le nombre de sept morts.

La voiture piégée était stationnée près de la mosquée Amari de cette petite ville qui est sous le contrôle des forces du régime. Cependant, les insurgés ont réussi à s'installer dans les environs.

La province de Damas est le théâtre de violents combats depuis des mois, y compris dans des quartiers de la périphérie de la capitale.

Assassinat au Liban

Par ailleurs, un commentateur politique syrien a été assassiné près de chez lui dans un village du sud du Liban, où il vit depuis 20 ans. C'est la première fois qu'une personnalité proche du régime syrien est assassinée au Liban.

Mohammed Darra Jamo intervenait dans plusieurs médias arabes sur le conflit en Syrie et ses thèses étaient favorables au régime de Bachar Al-Assad.

Sa mort fait suite à une série d'attaques qui ont visé ces dernières semaines le Hezbollah, qui soutient le régime syrien.

Les rebelles syriens ont menacé d'« exporter » le conflit au Liban en raison de l'implication dans les combats du Hezbollah libanais, aux côtés des forces gouvernementales.

Des djihadistes chassés

Les combattants kurdes syriens ont chassé des djihadistes d'une localité frontalière de la Turquie après de violents combats.

Les comités de protection du peuple kurde (YPG), branche armée du Parti de l'union démocratique (PYD), émanation syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ont expulsé les combattants du Front Al-Nosra et de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), ainsi que d'autres groupuscules extrémistes, de la localité de Ras al-Aïn, dans le nord du pays.

Ils les ont également chassés du poste-frontière, ce qui représente un revers sérieux, car les djihadistes avaient transité un temps par ce point de passage pour pénétrer en Syrie.

Mission onusienne

Le chef de la mission d'inspection de l'ONU sur l'emploi d'armes chimiques en Syrie, le Suédois Ake Sellstrom, se rendra la semaine prochaine à Damas à l'invitation du gouvernement syrien.

Damas refuse aux envoyés de l'ONU de se rendre ailleurs qu'à Khan al-Assal, dans la province d'Alep, où, selon Damas et Moscou, les rebelles auraient utilisé des armes chimiques en mars dernier.

Mais le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a demandé que les inspecteurs puissent se rendre partout où ils le désirent afin d'enquêter sur tous les incidents signalés impliquant l'usage d'armes prohibées.

Besoin d'aide immense

L'ONU indique que 4,4 milliards de dollars américains sont nécessaires pour aider les 6,8 millions de Syriens touchés sur le territoire syrien et dans les pays limitrophes par le conflit.

Ce montant représente le tiers du montant total d'aide d'urgence (13 milliards de dollars) dont a besoin l'ONU pour venir en aide aux 73 millions de personnes en détresse dans le monde.

PLUS:rc