NOUVELLES

L'hôtel Loews Le Concorde pourrait licencier 100 employés en octobre prochain

17/07/2013 02:33 EDT | Actualisé 16/09/2013 05:12 EDT

QUÉBEC - Les quelque 350 employés de l'hôtel Loews Le Concorde à Québec vivent dans la plus grande incertitude par les temps qui courent, l'employeur ayant avisé le gouvernement de la possibilité de mettre une centaine d'entre eux à pied.

Selon la Fédération du commerce (CSN), qui représente ces employés, la situation est d'autant plus difficile à vivre pour ces travailleurs que l'employeur n'a donné aucune indication quant aux postes qui pourraient être visés par une éventuelle restructuration.

En fait, la seule indication fournie jusqu'ici par l'employeur a pris la forme d'un avis de licenciement collectif envoyé au gouvernement du Québec il y a un peu plus de deux semaines. Un avis de 12 semaines est en effet requis pour des mises à pied de cette ampleur et le président de la Fédération, Serge Fournier, précise que cet avis ne signifie pas pour autant que les mises à pied auront bel et bien lieu, mais plutôt que l'employeur aura le droit de les faire à compter d'octobre s'il choisit cette voie.

L'établissement de la Grande-Allée est en difficulté financière depuis un an et la chaîne hôtelière l'a mis en vente. Elle est venue bien près de conclure une transaction ce printemps mais celle-ci a avorté à la dernière minute.

Pendant ce temps, les employés sont sans convention collective depuis le 31 juillet 2012 et le contrat échu se prolonge jusqu'à nouvel ordre. Très peu de négociations ont eu lieu depuis l'échéance en raison du processus de mise en vente. Elles pourraient reprendre à moyen terme si aucun acheteur ne se manifeste.

PLUS:pc