NOUVELLES

Le préparateur physique de Powell nie être responsable du test positif

17/07/2013 09:32 EDT | Actualisé 16/09/2013 05:12 EDT

Le préparateur physique canadien d'Asafa Powell et Sherone Simpson insiste pour dire qu'il n'a pas donné des substances dopantes aux sprinteurs et il a affirmé qu'il est temps qu'ils «prennent la responsabilité de leur dopage au lieu de chercher un bouc émissaire».

Dans un communiqué émis mardi, le Torontois Chris Xuereb déclare qu'il n'a rien fait de mal depuis que les Jamaïcains l'ont embauché au mois de mai pour fournir des services de massothérapie et de nutrition.

Powell, l'ancien détenteur du record du monde du 100 mètres, et Simpson, une triple médaillée olympique, ont chacun échoué un test antidopage à l'occasion des championnats nationaux d'athlétisme de Jamaïque, le mois dernier.

Ceux-ci ont révélé la présence d'oxilofrine.

Leur agent, Paul Doyle, affirme que quelque chose dans les nouveaux suppléments alimentaires donnés aux sprinteurs a provoqué les tests positifs et que Xuereb «est celui qui les a fournis».

Dans le courriel, Xuereb se dit déçu que les athlètes le blâment pour leurs transgressions des règles antidopage.

«Il est temps que les athlètes prennent la responsabilité pour leur dopage au lieu de chercher un bouc émissaire, que cette personne-là soit leur thérapeute, leur barman ou n'importe qui d'autre, écrit-on dans le courriel, qui détaille la relation qu'entretient Xuereb avec les sprinteurs. Les athlètes continuent de raconter les même histoires, c'est-à-dire blâmer le bouc émissaire pour quelque chose qui est de leur propre faute.»

«Asafa et Sherone ont été testés plus de 100 fois chacun pendant leur carrière... et ils n'ont jamais eu de test positif, a noté Doyle lors d'un entretien téléphonique avec l'Associated Press. Maintenant, ils changent de suppléments et la première fois qu'ils se font tester, ils ont un test positif? Il faut que ce soit quelque chose dans ces nouveaux suppléments qui l'ait causé. Chris est celui qui les a fournis.

«Nous ne disons pas qu'il a fait quelque chose exprès, mais c'est dans ces suppléments-là.»

Dans le communiqué envoyé via le compte courriel de Xuereb, celui-ci affirme qu'il n'a «fourni aucune substance interdite ou illégale à Asafa Powell ni Sherone Simpson». Toutes les vitamines qu'il a fournies aux sprinteurs ont été déclarées légales par la police italienne, selon lui.

Mardi, la police italienne a formellement ouvert une enquête criminelle impliquant Powell, Simpson et Xuereb.

«Je ne sais pas ce que ces athlètes prenaient en plus de ce que je leur ai suggéré, a déclaré Xuereb. Bien que j'aie suggéré certaines vitamines à ces athlètes, ultimement c'est la responsabilité de l'athlète d'accepter ou de rejeter ma suggestion.

«Malheureusement, il semble que ces athlètes ne faisaient pas que suivre mes suggestions ou les normes de l'AMA. Ces normes existent afin que tous les athlètes puissent être propres. Les deux athlètes cherchent un bouc émissaire. Je suis confiant, et j'ai aussi discuté avec des recherchistes et la police à ce propos, que je n'ai rien fait de mal.»

Bien que les sprinteurs aient été amenés à croire que tout ce qu'ils prenaient était légal, Doyle a reconnu que les athlètes et lui auraient dû faire plus attention aux suppléments qui ont été utilisés.

«Avec le recul, on aurait dû nous fournir une liste, s'assurer de recevoir une liste, a indiqué Doyle. Ce que j'ai fait, c'est demander (à Xuereb) dans un message-texte que tous les suppléments devaient d'abord être approuvés par moi. Il n'est jamais passé par moi. Il les a envoyés avec une facture qui indiquait les noms des suppléments qu'il avait achetés. Mais c'est tout. Je n'avais pas la liste des ingrédients.»

PLUS:pc