NOUVELLES

Inde: 22 enfants meurent après avoir été intoxiqués par leur repas à l'école

17/07/2013 06:54 EDT | Actualisé 16/09/2013 05:12 EDT

PATNA, Inde - Au moins 22 élèves sont morts et plus d'une vingtaine d'autres ont été hospitalisés en raison d'une intoxication alimentaire survenue dans une école du nord de l'Inde.

Les autorités indiennes ont révélé mercredi que le repas du midi des élèves contenait de l'insecticide.

On ignore encore comment le produit chimique s'est retrouvé dans la nourriture servie dans cette école de l'État de Bihar. Un responsable a déclaré qu'il était possible que la nourriture n'ait pas été correctement lavée.

Les enfants, âgés de 5 à 12 ans, ont commencé à se sentir malades mardi, peu après avoir mangé leur repas à l'école dans le village de Gandamal, à 80 kilomètres au nord de la capitale régionale, Patna.

Les autorités scolaires ont immédiatement cessé de servir le repas composé de riz, de lentilles, de soja et de pommes de terre quand les enfants ont commencé à vomir.

Savita, une élève de 12 ans, a confié qu'elle avait eu mal à l'estomac après avoir mangé des pommes de terre et du soja, et qu'elle s'était mise à vomir.

«Je ne sais pas ce qui s'est passé ensuite», a-t-elle raconté lors d'une entrevue à l'hôpital de Patna, où elle et plusieurs autres enfants sont traités.

Le repas du midi des élèves, offert dans le cadre d'un programme national qui consiste à donner au moins un repas chaud par jour aux enfants de familles défavorisées, avait été préparé dans les cuisines de l'école.

Les enfants ont été rapidement conduits dans un hôpital local, avant d'être transférés à Patna pour recevoir des traitements, a affirmé un représentant de l'État, Abhijit Sinha.

En plus des 22 élèves qui ont succombé à l'intoxication, 25 autres, ainsi que le cuisinier de l'école, ont été hospitalisés. Trois enfants étaient dans un état grave mercredi.

Les autorités ont porté des accusations de négligence criminelle contre le directeur de l'école, qui a fui dès que les enfants sont tombés malades.

Des villageois en colère, rejoints par des membres des partis d'opposition locaux, ont fermé les boutiques et les commerces à proximité de l'école, en plus de renverser et de brûler quatre véhicules de police.

PLUS:pc