NOUVELLES

Autochtones « pas surpris » d'apprendre qu'ils auraient servi de cobayes

17/07/2013 08:32 EDT | Actualisé 16/09/2013 05:12 EDT

De nombreux Autochtones disent ne pas être surpris d'apprendre que des membres de leur famille aient servi de cobayes pour des tests gouvernementaux sur des régimes alimentaires dans les années 1940 et 1950.

Une recherche basée sur des documents historiques fédéraux, dont les détails ont été révélés mardi, montre que des Autochtones affamés ont servi, à leur insu, à tester des régimes expérimentaux dans les années 1940 et 1950. Selon l'article publié dans la revue Histoire sociale/Social History, les tests, dont certains ont été effectués dans des pensionnats autochtones, avaient été commandés par des bureaucrates du gouvernement fédéral.

Le chef de la Première Nation Norway House, où les premiers tests auraient été effectués en 1942, dit qu'il n'est pas surpris par la révélation. Ron Evans dit toutefois que les membres de sa communauté sont atterrés d'apprendre que des enfants auraient servi de cobaye à leur insu.

Les parents de Vivian Ketchum étaient écoliers des pensionnats autochtones de la région de Kenora au moment où les tests auraient eu lieu. Elle dit que les nouvelles révélations ne l'ont pas surprise.

Vivian Ketchum ajoute que sa mère a souffert de nombreux troubles de santé liés à la malnutrition, dont le diabète.

« Comme les nazis »

Pour Arthur Shafer, directeur du centre d'éthique professionnelle à l'Université du Manitoba, la façon dont les tests ont été menés sur des Autochtones au Canada est comparable à ce que les nazis ont fait dans les années 1940.

« Il y a une minorité ethnique. Il y a des attitudes coloniales. Ce sont les personnes les plus vulnérables qui peuvent être isolées et "aider les scientifiques" parce qu'ils ne sont pas capables de refuser » affirme-t-il.

Arthur Schafer précise que le Code de Nuremburg n'a été adopté qu'après la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Il critique toutefois l'attitude des chercheurs face aux personnes qu'ils ont rencontré qui souffraient de malnutrition.

Problèmes de santé

Ron Evans se demande si les tests qui auraient été menés sur des Autochtones seraient à l'origine de certains problèmes de santé qui sont très communs chez les autochtones.

« De nombreux Autochtones sont malades. Il n'y a aucun doute que la malnutrition y est pour quelque chose. Nous sommes peut-être plus susceptibles à développer certaines maladies à cause d'un manque de nutriments. »

Trouver les résultats des tests

Ron Evans espère que le gouvernement fédéral tentera de trouver les résultats des tests et les rendra publics.

« L'histoire doit être racontée », croit-il. « Peut-être qu'ils nous aideront à relever les défis auxquels nous faisons présentement face en matière de santé. »

PLUS:rc