NOUVELLES

Un militant homosexuel bien connu torturé à mort au Cameroun

16/07/2013 12:16 EDT | Actualisé 15/09/2013 05:12 EDT

YAOUNDÉ, Cameroun - Un militant des droits des homosexuels bien connu au Cameroun a été torturé à mort, quelques semaines après avoir lancé un avertissement public sur la menace posée par les «voyous antigais», a annoncé Human Rights Watch mardi.

Des amis d'Éric Ohena Lembembe qui s'inquiétaient de ne pas avoir eu de nouvelles de lui depuis deux jours ont découvert son corps lundi soir à sa résidence de la capitale, Yaoundé, affirme l'organisation de défense des droits de la personne dans un communiqué.

L'un de ses amis a déclaré que son cou et ses pieds semblaient avoir été fracturés, et que son corps portait des traces de brûlures causées par un fer à repasser.

Éric Ohena Lembembe était l'un des militants homosexuels les plus en vue au Cameroun, l'un des pays africains les plus hostiles aux minorités sexuelles.

D'abord en tant que journaliste, puis en tant que directeur de CAMFAIDS, une organisation camerounaise de défense des droits de la personne, il documentait les violences, les menaces et les arrestations visant les membres de la communauté gaie du Cameroun.

Il était également un collaborateur régulier du blogue «Erasing 76 Crimes», qui s'intéresse aux pays où l'homosexualité est illégale.

«Éric était un militant inspirant dont le travail était très apprécié par les militants des droits de la personne au Cameroun et à travers le monde», a déclaré Neela Ghoshal, chercheuse sur les droits des homosexuels chez Human Rights Watch.

Au Cameroun, l'homosexualité est passible d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à cinq ans. Le Cameroun poursuit plus de citoyens pour des relations homosexuelles que n'importe quel autre pays d'Afrique subsaharienne, d'après Human Rights Watch.

PLUS:pc