NOUVELLES

Sept membres d'un groupe de réconciliation tués dans le centre de la Syrie

16/07/2013 10:30 EDT | Actualisé 15/09/2013 05:12 EDT

BEYROUTH - Des miliciens pro-gouvernementaux ont tué sept membres d'un groupe de réconciliation syrien près de la ville de Homs, dans le centre du pays, tandis que des soldats du régime ont abattu neuf personnes, dont un enfant, à un point de contrôle en banlieue de la capitale, ont déclaré des militants de l'opposition mardi.

Ces nouveaux actes de violence surviennent alors que les soldats du président Bachar el-Assad mènent une offensive à Damas et dans les banlieues environnantes, de même que dans la province stratégique de Homs.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les sept membres du groupe de réconciliation, dont deux officiers militaires à la retraite, un imam et un ancien maire, tentaient de convaincre les combattants de rendre leurs armes et de revenir à une vie normale. Ils ont été tués lundi dans le village de Hajar Abyad, dont les résidants sont connus pour leur soutien au régime, d'après l'observatoire.

Ces meurtres sont survenus trois jours après une attaque des rebelles contre un point de contrôle militaire des environs, qui avait fait sept morts, dont des soldats. Les militants de l'opposition ne savent pas si l'attaque de lundi était un acte de représailles pour l'embuscade de vendredi.

À Qarah, en banlieue de Damas, des soldats ont abattu neuf personnes, dont un enfant, à un point de contrôle militaire, a déclaré l'observatoire.

On ne sait pas si les victimes étaient des combattants ou des civils. Une vidéo amateur montre sept hommes morts, certains portant la barbe, et un garçon au visage ensanglanté. Les victimes semblent porter les traces de blessures par balle, certaines à la tête.

«Ce sont les crimes de Bachar durant le Ramadan!», crie un homme dans la vidéo, en référence au mois sacré des musulmans qui a commencé la semaine dernière.

L'observatoire a également rapporté des combats mardi à Qahtaniyeh, tout près du plateau du Golan occupé par Israël.

L'armée israélienne a confirmé que des tirs en provenance de Syrie avaient atteint le plateau du Golan.

Un certain nombre de roquettes se sont abattues sur la zone mardi, sans faire de victime, a précisé l'armée israélienne, qui ne pense pas que les tirs visaient le territoire israélien.

Au Liban, une bombe placée en bordure d'une route près du principal poste frontalier avec la Syrie a explosé mardi au passage d'un véhicule, blessant plusieurs personnes, selon l'agence de presse officielle libanaise.

Des responsables libanais de la sécurité ont indiqué, sous le couvert de l'anonymat, que la bombe semblait avoir été déclenchée à distance et qu'elle visait probablement un véhicule qui se dirigeait vers la Syrie.

On ne sait pas qui se trouvait dans le véhicule visé, ni s'il s'agissait d'une tentative d'assassinat.

PLUS:pc