NOUVELLES

« Une équipe sans profondeur » - Ribeiro

16/07/2013 01:23 EDT | Actualisé 14/09/2013 05:12 EDT

Rencontré dans une conférence de presse au centre-ville de Montréal, l'ancien attaquant de l'Impact Antonio Ribeiro ne s'est pas fait prier pour donner son point de vue sur le passage à vide du onze montréalais.

Pour lui, pas question de jeter la pierre à Marco Schällibaum, à qui la rumeur, démentie par la direction de l'équipe, a fait perdre son poste au cours des 24 dernières heures.

« C'est typique de l'Impact. Quand ça va mal, c'est l'entraîneur qui écope. Je ne crois pas que l'entraîneur soit en cause. L'équipe est à l'image de Di Vaio. Quand il va bien, quand il marque, l'équipe gagne. Sinon, l'Impact souffre. »

Pour Ribeiro, le malaise est plus grave. « L'Impact manque de profondeur. On voit toujours les mêmes joueurs sur le terrain, match après match. En début de saison, ils n'ont pas joué beaucoup de rencontres, comparativement à d'autres équipes qui avaient un calendrier plus serré. »

Ribeiro estime que la suite des choses n'annonce rien de bon pour le onze montréalais. « Il faut avoir plus de profondeur. On va le voir contre le Sporting de Kansas City au 1er rang dans l'Est et le FC Dallas, 3e dans l'Ouest. »

Le « vrai » bobo

Pour Ribeiro, cette lacune est visible partout sur le terrain.

« Quand on joue contre Montréal, il suffit de bloquer Di Vaio. En agissant ainsi, l'adversaire attend ses chances de marquer, et c'est sans compter Perkins qui est souvent abandonné par la défense. »

Il en veut pour preuve la défaite de 4-0 subie samedi contre New York.

« On a vu un joueur du Red Bull prendre le ballon et déjouer trois joueurs. Ça, c'est du jamais vu. Les joueurs de l'Impact sont fatigués. Du coup, les joueurs trichent un peu. Ça donne les résultats que l'on voit. Même si Montréal a deux matchs en main, il va falloir se réveiller. »

Ribeiro répète que Schällibaum n'y est pour rien. « Je pense qu'il fait un bon travail. Il faut absolument aller chercher de la profondeur. C'est dans des moments comme maintenant que l'on voit l'importance d'un bon président, d'un bon directeur technique et d'un bon entraîneur. Et surtout des joueurs qui s'unissent pour aller chercher des victoires. »

PLUS:rc