NOUVELLES

NSA: Edward Snowden détient d'autres informations sensibles, selon The Guardian

15/07/2013 01:25 EDT | Actualisé 14/09/2013 05:12 EDT

RIO DE JANEIRO - Edward Snowden détient des documents contenant de l'information extrêmement délicate sur le mode de fonctionnement et la structure de l'agence américaine de sécurité nationale, mais affirme qu'ils ne doivent en aucun cas être publiés, a déclaré lundi un journaliste proche de l'ex-analyste en fuite.

Glenn Greenwald, chroniqueur au quotidien britannique «The Guardian» à qui M. Snowden avait accordé l'entrevue à l'origine du scandale de la National Security Agency (NSA), a affirmé que la publication de ces documents sensibles permettrait à quiconque de comprendre exactement les rouages des activités de surveillance menées par l'agence américaine, et ainsi d'y échapper ou d'y répliquer, le cas échéant.

Selon lui, Edward Snowden détient des milliers de documents constituant ni plus ni moins un guide d'instructions sur le mode de fonctionnement de la NSA.

En entrevue avec l'Associated Press dans une chambre d'hôtel de Rio de Janeiro, M. Greenwald a dit ne pas croire que la révélation de ces informations puisse menacer la sécurité des Américains, mais souligne que l'ex-analyste de la NSA a insisté sur le fait qu'elles ne devaient pas être rendues publiques.

Il a toutefois mentionné qu'un tel dévoilement de données sur les programmes de surveillance pourrait nuire au gouvernement américain.

Le journaliste du «Guardian» avait précédemment indiqué que les informations avaient été cryptées pour en renforcer la sécurité.

Edward Snowden est sorti de son mutisme vendredi, alors qu'il se terre à l'aéroport international de Moscou depuis des semaines pour échapper aux autorités américaines. Il avait alors déclaré être prêt à répondre à la condition du président russe Vladimir Poutine pour l'obtention du statut de réfugié, soit de cesser de publier des données sensibles pour Washington. Le jeune homme a précisé qu'il respecterait cette condition jusqu'à ce qu'il puisse se rendre en Amérique latine.

Interrogé quant à savoir si Edward Snowden craignait d'être en danger, M. Greenwald a répondu que l'Américain était «inquiet», mais qu'il semblait «calme» malgré tout.

PLUS:pc