NOUVELLES

Nouvelles affaires de dopage: l'IAAF vante la crédibilité de son programme

15/07/2013 12:05 EDT | Actualisé 14/09/2013 05:12 EDT

LONDRES - La Fédération internationale d'athlétisme soutient que la crédibilité de son programme antidopage a été «rehaussée et non diminuée» à la suite de l'annonce des contrôles antidopage positifs des sprinters vedettes Asafa Powell et Tyson Gay.

Gay, ancien champion du monde qui a remporté les 100 et 200 mètres aux championnats américains le mois dernier, a déclaré qu'il se retirait des prochains championnats du monde.

Powell, qui a détenu le record du monde du 100 mètres jusqu'à ce que Usain Bolt l'améliore en 2008, et la médaillée d'or olympique Sherone Simpson font aussi face à des suspensions après avoir échoué des contrôles antidopage le mois dernier lors des championnats nationaux.

Le porte-parole de l'IAAF, Nick Davies, a déclaré que l'organisme ne fait aucun commentaire sur les affaires pendantes, mais a ajouté que la lutte contre le dopage «est rehaussée, pas diminuée, chaque fois que nous sommes en mesure de découvrir une nouvelle affaire.»

«L'engagement de l'IAAF de lutter contre le dopage dans le sport est inébranlable parce que nous avons l'obligation morale envers la majorité des athlètes qui croient en un sport propre, a révélé Davies dans un communiqué. Le fait que nous sommes en mesure d'épingler et de suspendre les athlètes qui ont contrevenu aux règlements antidopage doit être considéré dans ce contexte.»

L'athlétisme a encaissé un nouveau coup dur, dimanche, lorsqu'on a révélé que plusieurs des atlhètes les plus en vue de la discipline ont échoué des tests de dépistage.

Powell, âgé de 30 ans, a demandé qu'une enquête fasse la lumière sur la façon dont il aurait ingéré l'oxilofrine.

«Je ne suis pas — et je n'ai jamais été — un tricheur», a écrit Powell sur son compte Twitter.

Simpson, qui a échoué un test de dépistage au même stimulant, a soutenu «qu'elle ne prendrait intentionnellement aucune subtance illégale.»

Les tests positifs de Powell et Simpson plongent la Jamaïque, un pays qui a dominé les sprints aux récents Jeux olympiques avec Bolt et compagnie, dans la tourmente.

Dans son édition de dimanche, le journal jamaïcain The Gleaner a indiqué que cinq athlètes avaient été testés positifs. Paul Doyle, l'agent qui représente Powell et Simpson, a confirmé que ses clients étaient parmi eux. Peu après la confirmation de Doyle, Powell et Simpson ont émis des communiqués où ils ont reconnu les faits.

Ces nouvelles surviennent un mois après que Veronica Campbell-Brown, une autre médaillée d'or olympique, ait été contrôlée positive à un diurétique interdit.

Campbell-Brown est sous le coup d'une suspension pendant qu'un comité disciplinaire réexamine l'affaire. Elle a nié avoir triché.

PLUS:pc