POLITIQUE

Stephen Harper brasse les cartes ministérielles

14/07/2013 03:30 EDT | Actualisé 13/09/2013 05:12 EDT
CP

OTTAWA - Le premier ministre Stephen Harper va procéder à un remaniement ministériel, mettant en place l'équipe qui mènera le gouvernement conservateur aux élections de 2015.

M. Harper a d'ailleurs convoqué les médias à Rideau Hall à compter de 11 h, moment où il annoncera sa nouvelle équipe ministérielle.

Ray Novak, le chef de cabinet de M. Harper, a commencé à appeler les ministres et les nouveaux venus pour leur donner leur poste samedi soir.

La rumeur court que des visages plus jeunes feront leur apparition, alors que les conservateurs, désormais au pouvoir depuis plus de sept ans, désirent injecter du sang frais au sein du cabinet pour couper l'herbe sous le pied des libéraux requinqués par Justin Trudeau et des néo-démocrates de Thomas Mulcair.

Le remaniement est vu comme la première étape d'une série de trois pour mettre fin à un certain marasme dans lequel sont englués les conservateurs. Un nouveau discours du trône contenant de nouveaux énoncés de politiques est largement attendu cet automne, suivi par le congrès du parti à Calgary à la fin d'octobre.

Un changement de garde ministériel était prévu depuis longtemps par M. Harper, mais alors que les conservateurs se classent régulièrement derrière les troupes de M. Trudeau dans les sondages du printemps, et que se fait sentir l'impact du scandale des dépenses du Sénat, le sentiment d'urgence s'est accru.

«Vous allez voir les équipes et les gens qui vont véritablement se battre pour obtenir le pouvoir en 2015», affirme Jason Lietaer, un associé principal à la firme de relations gouvernementales ENsight Canada et un des stratèges de la campagne conservatrice en 2011.

«Le premier ministre dévoile ses troupes pour la bataille à venir.»

M. Lietaer fait partie de ceux qui croient que M. Harper continuera de jouer sa carte gagnante des élections de 2011 ayant enfin permis aux conservateurs d'obtenir une majorité: la compétence économique et la stabilité.

Cela signifie que plusieurs joueurs clés demeureront en place, tandis que des portefeuilles de moindre importance changeront de mains.

Tous les yeux sont tournés vers le ministre des Finances, Jim Flaherty.

Un récent exode du personnel du bureau de ce dernier a alimenté les spéculations concernant son départ, mais le seul ministre des Finances à avoir été nommé par Stephen Harper a fait campagne pour conserver son poste, et dit vouloir garder le fort jusqu'à ce que l'équilibre budgétaire soit atteint, sans doute en 2015.

M. Flaherty souffre cependant d'une grave maladie de peau, et plusieurs s'attendent à ce qu'il ne se représente pas aux élections.

Il faudra également surveiller les ministres Jason Kenney (Citoyenneté et Immigration), John Baird (Affaires étrangères), Tony Clement (Conseil du trésor) et James Moore (Patrimoine).

M. Harper a déjà des vides à combler. Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a annoncé la semaine dernière qu'il quittait la politique. Keith Ashfield (Pêches et Océans) a démissionné pour des raisons de santé, et Peter Kent a mentionné qu'il ne serait plus à l'Environnement, ce qui a été confirmé par des sources, dimanche.

Le ministre d'État aux Finances, Ted Menzies, a lui aussi annoncé son départ du cabinet, tout comme la leader du gouvernement au Sénat, Marjory LeBreton.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques controverses du gouvernement Harper