NOUVELLES

Colette Roy-Laroche aura à l'oeil le gouvernement et ses fonctionnaires

14/07/2013 06:52 EDT | Actualisé 13/09/2013 05:12 EDT

LAC-MÉGANTIC, Qc - La mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, aura à l'oeil au cours des prochains jours le gouvernement et le travail de ses fonctionnaires.

Le bureau d'aide financière mis sur pied par le gouvernement Marois commencera notamment à émettre, lundi matin, les premiers chèques d'aide forfaitaire de 1000 $ pour les personnes évacuées.

Le gouvernement péquiste s'est donné comme objectif d'aplanir les difficultés bureaucratiques pour rendre l'aide financière accessible le plus rapidement possible. La mairesse a dit qu'elle y veillera personnellement pour que ses citoyens dans le besoin soient dédommagés.

«Je serai tout à fait vigilante comme je tente de le faire depuis le début du sinistre», a-t-elle déclaré dans sa conférence de presse quotidienne en fin d'après-midi, en compagnie des représentants de la Sécurité civile.

«Soyez assurés que nous serons présents pour que ces programmes soient `facilitants' et qu'on évite le plus possible des mesures administratives qui (devraient) être assouplies dans une situation d'urgence.»

Comme depuis le début, la Ville est associée et sera toujours présente dans le processus qui s'engage demain, a-t-elle poursuivi. Les ministres ont assuré la municipalité qu'ils feront preuve de beaucoup de souplesse dans l'application des programmes, a ajouté Mme Roy-Laroche.

Les évacués qui veulent recevoir la première tranche d'aide de 1000 $ devront fournir une preuve de résidence valide, mais s'ils n'en possèdent plus aucune, leur cas sera néanmoins traité de façon particulière.

Des indemnités seront aussi accordées pour les vêtements, l'hébergement temporaire et le ravitaillement, ainsi que le déménagement ou les meubles, entre autres. L'État accordera par ailleurs jusqu'à 153 000 $ à un propriétaire dont la résidence principale a été détruite. Au total, 8 millions $ sont réservés aux particuliers.

Les bureaux seront ouverts de 8 h à 20 h à la polyvalente Montignac, de Lac-Mégantic. Pour éviter la cohue au cours des premiers jours, les autorités demandent aux familles dont le nom commence par A à E de venir lundi, à celles dont le nom de famille s'amorce par F à L d'y aller mardi, et à celles dont le nom commence par M à Z d'attendre jusqu'à mercredi.

Les personnes qui n'auront pas pu se présenter au cours des trois premières journées pourront recevoir leur chèque au cours des jours suivants.

Les entreprises pourront aussi bénéficier d'un soutien financier pour renflouer leur fonds de roulement, couvrir le déménagement, l'entreposage, ou pour acheter un nouveau terrain dans la municipalité, si elles sont dans l'impossibilité de reconstruire au même endroit. Le gouvernement a ainsi réservé 10 millions $ pour les entreprises. Le détail des mesures devrait être annoncé plus tard cette semaine.

Par ailleurs, la mairesse a réagi aux manifestations d'appui et aux hommages spontanés qu'elle reçoit de part et d'autre. Samedi, elle aurait été applaudie en se présentant à un concert. Elle assure qu'elle garde néanmoins la tête froide.

«Je n'étais pas préparée à être héroïne, c'est difficile à accepter, ces hommages», a-t-elle commenté. Elle a assuré qu'elle accomplit tout simplement les devoirs de sa charge.

«Être héroïne dans une catastrophe comme celle-là, je le prends, mais je reste les deux pieds sur terre», a-t-elle complété.

Les citoyens qui suivaient la conférence de presse à distance ont réagi avec une salve d'applaudissements.

Enfin, Colette Roy-Laroche a ajouté un bémol à son invitation à tous les Québécois à venir visiter sa municipalité au cours de la période estivale en mentionnant qu'il est encore très difficile de voir ce qui se passe dans la zone sinistrée en raison de la haute clôture de sécurité qui a été érigée.

Le centre d’hébergement de la polyvalente Montignac, qui offrait un gîte temporaire aux évacués, devait fermer ses portes, dimanche. Les dernières personnes qui y demeuraient devaient être relocalisées dans des résidences pour améliorer leur qualité de vie. D’autre part, les services de soutien à la population comme la Croix-Rouge, les services d’alimentation ou les services psycho-sociaux demeureront dans l’établissement scolaire.

PLUS:pc