NOUVELLES

Cinq autres corps retrouvés à Lac-Mégantic

13/07/2013 04:42 EDT | Actualisé 11/09/2013 05:12 EDT

La Sûreté du Québec (SQ) a découvert cinq autres corps dans les décombres du centre-ville dévasté de Lac-Mégantic et une victime supplémentaire a aussi été identifiée.

La découverte de ces cinq dépouilles par la SQ porte à 33 le nombre de corps retrouvés. La SQ estime toujours qu'une cinquantaine de personnes sont probablement mortes à la suite de l'explosion du train de la Montreal, Maine and Atlantic (MMA), la semaine dernière.

Au total, neuf victimes ont été identifiées jusqu'ici. Le Bureau du coroner a rendu public le nom de sept victimes samedi soir. Il s'agit de Frédéric Boutin (19 ans), Kathy Clusiault (24 ans), Élodie Turcotte (18 ans), Yannick Bouchard (36 ans), Karine Lafontaine (35 ans), Maxime Dubois (27 ans) et Mélissa Roy (29 ans).

Le nom d'une première victime, Éliane Parenteau, 93 ans, avait déjà été révélé. L'identité de la neuvième victime identifiée devrait être rendue publique en début de semaine.

Les policiers effectuent un travail « archéologique », selon l'inspecteur de la SQ Michel Forget. La fouille est minutieuse et les conditions de travail sont difficiles, étant donné qu'il fait chaud, et que des résidus de pétrole brut jonchent la zone sinistrée. « Vous savez, on fait face à un liquide inflammable qui dégage des gaz inflammables », a expliqué de son côté Gaétan Drouin, coordonnateur adjoint des mesures d'urgence à Lac-Mégantic.

Les fouilles sont particulièrement complexes dans les décombres du Musi-Café, un bar dans lequel se trouvait un grand nombre de victimes. « Je vous dirai que vous prendriez un immeuble de deux étages, que vous le réduisiez en pièces et en briques, et c'est de ça que ça aurait l'air », a expliqué M. Forget. Il a rajouté que des substances potentiellement inflammables se sont déversées dans le sous-sol de l'établissement.

Fermeture dimanche du centre d'hébergement de la polyvalente Montignac

Les sinistrés de Lac-Mégantic qui sont logés à la polyvalente de Montignac seront hébergés à d'autres endroits, afin d'améliorer leur qualité de vie, a fait savoir la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, lors d'un point de presse samedi. Les sinistrés dorment sur des lits de camp, dans le centre d'hébergement.

Une rencontre est prévue avec les sinistrés mardi prochain afin de les informer de la situation. Les maisons de plusieurs de ces sinistrés sont intactes, mais elles se trouvent dans la zone rouge, et les autorités estiment qu'elles ne sont pas encore sécuritaires. Les services aux citoyens, comme le guichet de la Croix-Rouge, seront toutefois maintenus à la polyvalente.

Les vapeurs s'échappant du pétrole brut présent dans la zone rouge peuvent nuire à la santé de ceux qui souhaiteraient y retourner, estiment les autorités. « Le produit pétrolier a migré à l'intérieur des conduits sanitaires et pluvieux », a expliqué M. Drouin.

Deux fonds d'aide ont aussi été crées afin de recueillir les dons en fonction de leurs montants, a fait savoir la mairesse: le Fonds avenir Lac-Mégantic et le Fonds espoir Lac-Mégantic.

Le conseil municipal a demandé un report des élections

Le conseil municipal de Lac-Mégantic a aussi adopté samedi une résolution à l'unanimité afin de demander à Québec de prolonger son mandat de deux ans, a fait savoir la mairesse. Elle a précisé que la tenue d'élections serait « préjudiciable » à sa municipalité.

Des élections municipales auront lieu au Québec, en novembre prochain. Or, Mme Colette-Roy estime que le contexte dans sa ville ne se prête pas à l'organisation d'élections, et que la loi permet au conseil de demander un report, si la situation le justifiait. « Tout le temps doit être consacré à réparer ce qui a été détruit », a dit Mme Roy-Laroche, pour expliquer sa décision. Si Québec accepte sa requête, elle restera en poste pendant deux ans, après la fin de son mandant, à l'automne.

Rencontre annulée entre la mairesse et le président de la MMA

La mairesse a aussi fait savoir qu'elle devait rencontrer Ed Burckhardt, le président de la MMA. La rencontre devait avoir lieu mercredi dernier à 16 h 30, mais la compagnie a avisé la Ville qu'il y avait « des changements dans leurs programmes » à 16 h, selon M. Collette-Roy.

La mairesse a fait part de sa déception lors de la conférence de presse, samedi. « Je comptais sur cette rencontre pour lui acheminer mes messages », a-t-elle expliqué.

Par ailleurs, le président de la MMA n'a pas été autorisé par la SQ à se rendre dans la zone dévastée. Interrogé sur la décision de ne pas accorder d'accréditation permettant à M. Burckhardt de visiter la zone rouge, l'inspecteur Forget a répondu sèchement. « C'est parce qu'il n'avait pas d'affaires là ».

http://www.radio-canada.ca/sujet/lac-megantic Consultez notre section spéciale.

PLUS:rc