NOUVELLES

Un commandant rebelle syrien tué par des islamistes liés à Al-Qaïda

12/07/2013 12:51 EDT | Actualisé 11/09/2013 05:12 EDT

BEYROUTH - Des hommes armés liés à Al-Qaïda ont abattu un commandant rebelle dans le nord-ouest de la Syrie, ont annoncé vendredi un groupe militant et une porte-parole de l'opposition. L'incident illustre les tensions accrues et les combats internes qui divisent les groupes armés opposés au régime de Bachar el-Assad.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, des membres de l'État islamique d'Irak et du Levant — un groupe supposément formé des branches irakienne et syrienne d'Al-Qaïda — sont responsables de l'assassinat du commandant de l'Armée syrienne libre (ASL), Kamal Hamami.

L'observatoire affirme que M. Hamami a été abattu jeudi soir, après que des militants eurent tenté de démonter un point de contrôle qu'il avait mis sur pied dans la montagne de Jabal al-Akrad, dans la province côtière de Lattaquié. L'organisation précise que deux des combattants de M. Hamami ont été grièvement blessés dans la fusillade.

Par le passé, des militants avaient rapporté des heurts occasionnels entre les groupes rebelles et les militants islamistes actifs dans les zones sous contrôle rebelle, particulièrement dans le nord, où l'opposition contrôle une vaste part du territoire.

Il y a également eu, au cours de la dernière année, des combats entre des groupes kurdes et arabes à propos du contrôle du territoire repris au gouvernement le long de la frontière turque. Ces heurts ont pris fin après un accord de cessez-le-feu, plus tôt cette année.

L'assassinat de M. Hamami vient cependant souligner une lutte de pouvoir de plus en plus importante entre les groupes modérés et extrémistes qui combattent les forces du régime syrien.

L'ASL s'est regroupée en décembre sous un commandement rebelle unifié appelé le Conseil militaire suprême, à la suite de promesses d'assistance militaire accrue une fois qu'un conseil central serait mis sur pied.

Certaines unités de l'ASL demeurent toutefois indépendantes, et se battent souvent auprès de groupes plus puissants, comme le Front al-Nosra, lié à Al-Qaïda.

PLUS:pc