NOUVELLES

L'attaque des Alouettes ne va nulle part et ils s'inclinent 22-14

12/07/2013 10:27 EDT | Actualisé 11/09/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - De toute évidence, les Alouettes n'ont pas trouvé les solutions pour relancer leur attaque. Après une première séquence remplie de promesses et couronnée d'un touché, les Montréalais n'ont pas marqué d'autres points avant le quatrième quart et se sont inclinés pour une deuxième fois d'affilée, 22-14 devant les Stampeders de Calgary.

L'attaque des Alouettes (1-2) n'a fourni que sept points dans cette rencontre, sur le premier touché de la saison de Brandon London à la suite d'une passe de 14 verges d'Anthony Calvillo (22-en-36, 205 verges, une interception). Cette poussée de 11 jeux, dont sept passes, sur 86 verges aura constitué le seul moment de réjouissance de l'attaque dans ce match.

L'attaque est retombée dans la même torpeur que celle affichée face aux Blue Bombers de Winnipeg une semaine plus tôt, avec un résultat identique.

«On voulait sortir forts et c'est ce que nous avons fait, mais on a encore manqué de constance, a analysé Calvillo. Après cette poussée, on a été forcés de dégager pendant quelques séquences, avant de regagner de nouveaux quelques premiers jeux et de dégager encore. On ne peut pas gagner des matchs de cette façon.»

«On a connu une bonne première possession de ballon, mais on est tombés complètement à plat par la suite, a pour sa part expliqué l'entraîneur-chef Dan Hawkins. Il faut qu'on continue de travailler dur et tenter de créer un rythme qui nous sera favorable.

«On a perdu notre rythme après cette première poussée et dans le football à trois essais, c'est difficile de le rétablir.»

Encore une fois, la défense et les unités spéciales des Alouettes leur ont permis de ne pas se faire sortir de cette rencontre. Ed Gainey a ramené les Alouettes à seulement cinq points des Stamps avec 3:33 à faire au match. Il a bloqué le botté de dégagement de Rob Maver avant de récupérer le ballon et de le ramener sur 38 verges pour porter la marque à 19-14 en faveur des visiteurs.

«Je suis tès reconnaissant envers notre unité défensive et les unités spéciales, a indiqué le centre Luc Brodeur-Jourdain, en furie après cette défaite. Elles se présentent à chaque match et jouent du très gros football pour nous. Je n'ose même pas imaginer quel serait le pointage si on n'avait pas les super-performances qu'elles nous offrent. Offensivement, c'est exécrable.

«On veut produire, mais ça ne vient pas. Il faut continuer de garder une attitude positive — je le dis depuis le début de la saison et j'y crois encore. Je suis arrivé au match (vendredi), j'étais jovial. Je le quitte (en furie)», a-t-il conclu, d'une façon que l'on doit censurer.

L'attaque n'a pas été en mesure de profiter de l'influx d'énergie apporté par le touché de Gainey et les Stamps (2-1) ont ajouté trois points sur le cinquième placement du match de Rene Paredes, sur 39 verges.

«La défense et les unités spéciales contribuent à fond la caisse et nous ne sommes pas capables de les appuyer et d'aider cette équipe à gagner, a ajouté Calvillo. On doit se replacer, car c'est difficile de revenir dans ce vestiaire et de sentir la douleur de tout un chacun. C'est difficile.

«Il faut leur donner crédit, ils ont bien fait, mais on a tout simplement manqué de constance. On doit s'améliorer. On doit absolument s'améliorer.»

Paredes, qui a aussi effectué des bottés de 20, 22, 18 et 39 verges, a maintenant réussi ses 25 derniers placements. Le seul touché concédé par la défensive des Alouettes a été celui de Nik Lewis et encore: la passe de neuf verges de Kevin Glenn (22-en-28, 268 verges) a été déviée par Chip Cox sur la ligne, mais récupérée par le receveur des visiteurs.

Bon départ

Le match avait pourtant bien débuté pour Calvillo et les Alouettes. L'attaque des Montréalais semblait avoir retrouvé son rythme des beaux jours et les 23 184 spectateurs réunis au stade Percival-Molson ont bruyamment fait entendre leur approbation. Calvillo semblait également avoir appris la leçon de la semaine dernière, ne laissant pas le temps aux joueurs en défense de le rejoindre derrière sa ligne de mêlée en distribuant rapidement le ballon.

Malheureusement, l'attaque n'a rien fait qui vaille par la suite. Après avoir amassé 63 verges sur cette séquence, Calvillo n'en a récolté que cinq sur les trois suivantes, toutes soldées par des dégagements après deux essais infructueux.

Les Stampeders en ont profité pour gruger l'écart. Après avoir été stoppée par la défensive des Alouettes sur sa première séquence, l'attaque des visiteurs a marqué des points lors de chacune des quatre suivantes, si bien qu'elle est rentrée au vestiaire forte d'une avance de 13-7 grâce aux deux placements de Paredes et au touché de Lewis.

PLUS:pc