NOUVELLES

Graffiti de Guy A. Lepage : l'identité de l'artiste demeure inconnue

12/07/2013 05:14 EDT | Actualisé 11/09/2013 05:12 EDT

Le créateur de la surprenante murale avec le portrait de Guy A. Lepage, apparue la semaine dernière sur un immeuble de la rue Ontario à Montréal, ne s'est toujours pas manifesté.

Rencontré sur place, le propriétaire de l'immeuble sur lequel la murale a été peinte, a expliqué avoir donné son accord au graffiteur. Pierre Charbonneau, qui tient une animalerie au rez-de-chaussée de l'immeuble, n'a pas senti le besoin de poser plus de questions, donnant carte blanche à l'artiste, qui lui a dit fréquenter le Café Graffiti.

De son côté, Raymond Viger, du Café Graffiti, dit connaître l'identité de l'artiste derrière la murale, mais refuse de la dévoiler. Selon lui, le graffiteur aurait voulu dénoncer la présence de déchets dans cette ruelle du quartier et n'aurait « rien contre Guy A. Lepage », avouant du même souffle que le message est un peu confus. L'artiste aurait passé plusieurs heures à réaliser la murale. Un autre graffiteur serait à l'origine de la tête de girafe.

« L'artiste s'est présenté sous notre nom. C'est de la fausse représentation. Au lieu de se nommer, il s'est fait passer pour un artiste du Café Graffiti, explique-t-il. Nous sommes très connus dans le quartier, donc les gens nous font confiance. »

Depuis 1997, le Café Graffiti est un lieu de rencontre pour les jeunes graffiteurs du quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Raymond Viger prévient que la murale ne doit pas être recouverte par un autre graffiti avant au moins un mois. Il s'agit d'une loi non écrite parmi les graffiteurs.

Le propriétaire de l'immeuble a indiqué qu'il ne s'opposerait pas au recouvrement du graffiti, si une demande formelle en ce sens lui était faite par l'animateur ou son agent.

Pour l'instant, Guy A. Lepage, qui préfère ne pas commenter l'affaire, n'a pas demandé au propriétaire de l'immeuble d'effacer la murale, au nom de la liberté d'expression.

Tous les passants rencontrés ont indiqué n'avoir rien contre la murale.

« Le gars qui a fait la murale a bien du talent. C'est réussi. Je ne pense pas que Guy A. Lepage soit choqué. Il a tellement ri des autres », a commenté Mme Mongeon.

« C'est bien amusant. Cette murale change de temps en temps. Elle exprime à chaque fois quelque chose de différent », a ajouté Steve Booth.

Avec les informations d'Ève Payette

PLUS:rc