NOUVELLES

Éducation: la jeune Malala prononce un discours à l'ONU pour ses 16 ans

12/07/2013 01:44 EDT | Actualisé 11/09/2013 05:12 EDT

NATIONS UNIES, États-Unis - Malala Yousafzai, l'adolescente pakistanaise attaquée par les talibans l'an dernier parce qu'elle milite pour l'éducation des filles, a célébré son 16e anniversaire, vendredi, par un discours aux Nations unies à New York.

La jeune militante a demandé aux leaders mondiaux de fournir une éducation obligatoire et gratuite à tous les enfants du monde.

Dans un discours passionné du haut de l'estrade de l'ONU, devant plus de 1000 représentants internationaux de la jeunesse, Malala a appelé à une lutte globale contre l'analphabétisme, la pauvreté et le terrorisme.

Vêtue d'une tenue traditionnelle et d'un châle qui, a-t-elle dit, a appartenu à la première ministre assassinée Benazir Bhutto, elle a ouvert son discours par une prière musulmane. Sa tête était recouverte d'un foulard traditionnel et son visage montrait peu de cicatrices.

La jeune fille a affirmé qu'elle n'était qu'une des milliers de victimes des talibans. La balle que des talibans lui ont tirée sur le côté gauche du front pour la faire taire n'a pas ralenti ses ambitions de promouvoir la paix, l'éducation et la prospérité, a-t-elle assuré.

Malala a cité Gandhi et d'autres militants de la non-violence en affirmant qu'elle ne s'opposait à personne et qu'elle ne cherchait pas à se venger des talibans ou de quelconque autre groupe terroriste.

«Je suis ici pour parler de droit à l'éducation de chaque enfant. Je veux que les fils et les filles des talibans et de tous les terroristes et extrémistes reçoivent de l'éducation. Je ne déteste même pas le taliban qui m'a tiré dessus», a-t-elle déclaré.

«Laissez-nous nous munir de nos livres et de nos crayons. Ils sont nos armes les plus puissantes. Un enfant, un professeur, un livre et un crayon peuvent changer le monde. L'éducation est la seule solution. L'éducation avant tout.»

L'ONU a fait du 12 juillet la «Journée Malala». L'assistance a ovationné la jeune fille après son discours et lui a chanté «Joyeux anniversaire».

Toutefois, elle a fait valoir que la Journée Malala n'était pas sa journée à elle, mais celle de toutes les femmes, de tous les garçons et de toutes les filles qui ont osé se lever pour défendre leurs droits.

Selon un rapport de l'UNESCO et de l'organisme Aide à l'enfance, publié vendredi après le discours de Malala, 95 pour cent des 28,5 millions d'enfants qui ne bénéficient pas d'une éducation primaire vivent dans les pays à plus faibles revenus ou dont le revenu se situe dans la moyenne inférieure. Ainsi, 44 pour cent de ces enfants vivent en Afrique subsaharienne, 19 pour cent dans le sud et l'ouest de l'Asie et 14 pour cent dans les pays arabes.

PLUS:pc