NOUVELLES

USA: pas d'enquêteurs fédéraux à la rencontre annuelle des "hackers"

11/07/2013 04:06 EDT | Actualisé 10/09/2013 05:12 EDT

Après les révélations fracassantes sur des programmes de surveillance d'internet et des communications par les Etats-Unis, les enquêteurs fédéraux américains ne sont désormais plus les bienvenus à la rencontre annuelle de pirates informatiques Def Con.

Les organisateurs de l'événement ont même tout simplement demandé aux enquêteurs fédéraux, surnommés les "feds", de ne pas assister à la prochaine conférence qui se tiendra la première semaine d'août à Las Vegas, dans le Nevada (ouest des Etats-Unis).

"Notre communauté fonctionne dans un esprit d'ouverture, de confiance et de respect mutuel", a indiqué le fondateur de Def Con, Jeff Moss, mieux connu sous son nom de hacker "Dark Tangent", dans un message publié jeudi sur le site internet de la conférence.

"Après les récentes révélations, certaines personnes au sein de notre communauté se sont senties mal à l'aise concernant le fait de partager (des informations) et de sociabiliser avec les feds", poursuit-il. "Par conséquent, je pense que ce serait mieux pour tout le monde si les feds demandaient un +temps mort+ et n'assistaient pas à Def Con cette année".

A la suite des révélations de son ancien consultant Edward Snowden, l'Agence de sécurité nationale américaine NSA a été accusée d'espionner les communications électroniques mondiales dans le cadre du programme Prism. Elle est également accusée d'avoir espionné des "cibles" institutionnelles, dont l'Union européenne et des représentations diplomatiques alliées des Etats-Unis.

Lancée il y a 20 ans, la conférence Def Con est devenue un événement majeur dans le milieu des pirates informatiques, au cours duquel les "hackers" viennent échanger des idées et tester leur savoir-faire.

Le mur entre les "feds" et les pirates informatiques est peu à peu tombé au fil des ans et la conférence est devenue une sorte de forum pour nouer des alliances entre les membres du gouvernement traquant le crime et ces "ninjas" de l'internet.

Pour Jeff Moss, l'absence des autorités fédérales cette année "permettra de donner un peu de temps à tout le monde pour réfléchir à comment on en est arrivé là et à ce qui va arriver après".

gc/sam/jca

PLUS:afp