NOUVELLES

Uni-Sélect fermera des installations et éliminera 600 emplois aux États-Unis

11/07/2013 12:53 EDT | Actualisé 10/09/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Uni-Sélect a annoncé jeudi une restructuration de ses activités américaines, opération prévoyant l'élimination de quelque 600 emplois de même que la fermeture de dizaines de magasins et de plus du tiers de ses centres de distribution.

«Une fois que ce sera complété, nous serons un joueur plus solide au sein du marché des pièces et accessoires d'automobiles, et nous générerons une importante croissance de nos profits», a déclaré le président et chef de la direction d'Uni-Sélect, Richard Roy, lors d'une conférence téléphonique.

La société de Boucherville a indiqué qu'elle supprimerait 400 emplois en plus des 214 déjà éliminés ces dernières semaines dans le cadre de la réorganisation.

Jusqu'à maintenant, Uni-Sélect (TSX:UNS) a fermé 11 des 48 magasins qu'elle a l'intention d'abandonner, tout comme un des 12 centres de distribution désignés dans le plan.

Le plan prévoit la fermeture de 30 autres magasins et d'un deuxième centre de distribution au troisième trimestre, le reste de la restructuration devant être complété d'ici la fin de l'année.

Ces décisions sont la conséquence d'un ralentissement du marché secondaire de l'automobile, lequel a entraîné un examen des stratégies possibles, incluant une vente des activités américaines d'Uni-Sélect. L'objectif visé est d'économiser 30 millions $ US par année.

M. Roy a refusé de se prononcer sur l'intérêt manifesté afin d'acquérir les activités américaines d'Uni-Sélect, mais il a indiqué qu'une restructuration avait été jugée comme étant la meilleure solution à court terme et moyen terme.

La société a assuré qu'elle maintenait son engagement envers le marché secondaire de l'automobile au Canada et aux États-Unis, et qu'elle s'attendait à poursuivre son expansion tant dans le secteur de la mécanique que dans celui des réparations après collision.

Uni-Sélect a aussi expliqué que ses initiatives l'aideraient à réduire sa dette de 40 millions $ cette année, à augmenter sa part de marché et à réaliser des acquisitions.

M. Roy a indiqué que l'entreprise devrait annoncer prochainement la nomination d'un nouveau président pour sa filiale américaine.

Les changements annoncés jeudi viennent complémenter un plan d'optimisation du réseau lancé en août dernier. Celui-ci a permis de réaliser des économies de 20 millions $ US en coûts annuels, mais ces bénéfices ont été contrebalancés par une baisse des ventes.

La présence d'Uni-Sélect aux États-Unis s'est accrue au cours de la dernière année par le biais de plus de 70 acquisitions.

Les actions d'Uni-Sélect ont terminé la séance de jeudi à 20,15 $ à la Bourse de Toronto, en baisse de 90 cents, soit un peu plus de quatre pour cent par rapport à leur précédent cours de clôture.

PLUS:pc