NOUVELLES

Procès Zimmerman: l'accusé pourrait être condamné pour homicide involontaire

11/07/2013 02:38 EDT | Actualisé 10/09/2013 05:12 EDT

La juge du procès de George Zimmerman, accusé du meurtre du jeune Noir Trayvon Martin en 2012 en Floride, a estimé jeudi que le jury pourrait aussi se prononcer sur un chef d'accusation moindre, celui d'homicide involontaire, plus facile à prouver par l'accusation.

L'accusé de 29 ans, d'origine hispanique, assure qu'il a agi en légitime défense lorsqu'il a tué, dans la nuit du 26 février 2012, Trayvon Martin, adolescent noir de 17 ans qui marchait dans la rue sans armes.

La décision de la juge Debra Nelson du tribunal de Sanford (centre de la Floride) est un revers pour les avocats de la défense.

Ces derniers cherchaient en effet jusqu'à présent à obtenir que le jury se prononce entre tout ou rien, à savoir entre reconnaître Zimmerman coupable de de meurtre --peine passible de la prison à perpétuité-- ou de prononcer la relaxe faute de preuves suffisantes.

Désormais, les six femmes (cinq blanches et une d'origine hispanique) qui composent le jury pourront décider de trancher pour le chef d'homicide involontaire, pour lequel Zimmerman risque au maximum 30 ans de prison selon les lois de Floride.

Ce chef d'accusation est plus facile à prouver vu qu'il est défini par la législation de l'Etat comme le meurtre d'un individu sans intention malveillante à l'origine, y compris comme le résultat d'un accident ou d'un acte dans lequel la personne responsable n'était pas dans l'état d'esprit de commettre un meurtre.

Pour que Zimmerman soit condamné pour meurtre, le jury devrait en revanche être convaincu qu'il a agi avec méchanceté, malveillance ou rancune, sans véritable considération pour la vie humaine.

"Le procureur utilise des tactiques peu convenables", a déclaré l'avocat de Zimmerman, Don West, visiblement déçu et agacé par la décision de la juge.

Zimmerman n'a pas témoigné depuis l'ouverture de son procès mi-juin.

Les plaidoiries et réquisitoires pourraient débuter jeudi après-midi et le jury entamer ses délibérations dès vendredi matin.

Cette affaire très suivie dans le pays a réveillé le vieux démon du racisme dans la société américaine et rouvert le débat sensible sur le droit inaliénable à porter une arme aux Etats-Unis.

pb-sam/jca

PLUS:afp