NOUVELLES

Obama: "consensus fort" entre Pékin et Washington sur la Corée du Nord

11/07/2013 10:23 EDT | Actualisé 10/09/2013 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont affirmé jeudi voir un "consensus fort" entre Pékin et Washington sur la Corée du Nord pour demander à Pyongyang, allié de la Chine, de prendre des mesures qui mettent fin à son programme d'armement nucléaire.

Le président américain Barack Obama a reçu jeudi, pour un entretien non prévu au programme, les deux principaux responsables d'une délégation chinoise venue à Washington pour une rencontre annuelle entre les deux pays.

M. Obama et les deux responsables chinois "étaient d'accord sur l'importance fondamentale de la dénucléarisation de la péninsule coréenne", a rapporté la Maison Blanche dans un communiqué.

Lors de la conférence de presse tenue à l'issue des deux jours de "Dialogue économique et stratégique" entre Pékin et Washington, le secrétaire d'Etat américain adjoint William Burns a rapporté que les deux pays avaient longuement parlé de la Corée du Nord.

"Il y a un consensus fort entre nous sur (...) l'importance que les Etats-Unis et la Chine ont à travailler ensemble pour s'assurer que (Pyongyang) soit à la hauteur de ses obligations et traduise son discours et ses engagements antérieurs dans la réalité", a déclaré M. Burns auprès des journalistes.

M. Burns a affirmé que les deux pays voulaient "une dénucléarisation vérifiable" et "des avancées significatives de la part de la Corée du Nord pour montrer son sérieux".

Le représentant chinois Yang Jiechi a renouvelé son appel à la reprise des pourparlers à six (Chine, les deux Corées, Japon, Russie et Etats-Unis) sur le programme nucléaire nord-coréen, suspendus depuis 2009 lorsque Pyongyang avait claqué la porte.

La Chine "restera engagée dans la dénucléarisation de la péninsule coréenne, dans la paix et de la stabilité de la péninsule, et dans la création de conditions pour la reprise rapide des discussions à six", a-t-il dit.

La Chine a souvent été critiquée par les Etats-Unis pour ne pas suffisamment contenir les ambitions de la Corée du Nord. Selon les experts, Pékin veut à tout prix éviter une implosion du régime communiste, qui pourrait provoquer un afflux de réfugiés chez elle ou conduire à la formation d'une Corée élargie, alliée de Washington, à ses frontières.

La Corée du Nord a réalisé en février 2013 un troisième essai nucléaire, déclenchant une nouvelle vague de sanctions internationales et une forte poussée de tensions sur la péninsule.

sct/are/bap

PLUS:afp