NOUVELLES

Les résidus de pétrole de Lac-Mégantic entreposés sur la Rive-Sud

11/07/2013 09:25 EDT | Actualisé 10/09/2013 05:12 EDT
Getty

Le mélange de pétrole et d'eau qui a été pompé sur le site de la catastrophe à Lac-Mégantic et dans la rivière Chaudière sera entreposé à Mercier, au sud de Montréal, par la compagnie américaine Clean Harbors.

La compagnie ne traitera pas le liquide à Mercier, mais l'entreposera sur place dans un réservoir qui a une capacité de quelque 2 millions de litres.

Le mélange sera ensuite acheminé à son usine de traitement à Sarnia, en Ontario.

« Le matériel sera entreposé là [aux installations de Mercier]. On pourra ensuite envoyer ça à Sarnia où il sera brûlé dans un incinérateur. Il n'y aura absolument aucun processus de décontamination à Mercier. C'est strictement pour l'entreposage d'urgence », explique Martin Lapierre, responsable des services environnementaux de Clean Harbors.

Toutefois, Clean Harbors ne pourra probablement pas tout stocker à Mercier, d'autres endroits accueilleront aussi les résidus, précise M. Lapierre.

Le ministère de l'Environnement a envoyé le 8 mai une lettre à la municipalité qui se veut rassurante concernant l'impact environnemental de cet entreposage à Mercier. On y précise que les matières proviendront uniquement des travaux de nettoyage et de récupération qui sont effectués à Lac-Mégantic et qu'elles ne seront pas traitées au site de Mercier.

La compagnie possède les infrastructures pour éliminer ces résidus à Mercier, mais la municipalité vit toujours avec les séquelles de la pollution de ses lagunes à la suite de déversements, légaux et illégaux, de déchets industriels (notamment d'hydrocarbures) de la fin des années 1960 jusque dans les années 1990.

« C'est une histoire qui date de 40 ans. Dans les années 1970, tous les produits toxiques de la région métropolitaine étaient déversés dans les lagunes de Mercier, les "pits de sable". Notre nappe phréatique est polluée depuis quelques années. C'est une des plus grandes catastrophes en Amérique du Nord », dit le maire de Mercier, Jacques Lambert.

« La population est sensible. Quand on nous dit qu'on emmène des produits toxiques, huileux, disons qu'on est sceptique. Mais, c'est légal, on n'a pas le choix », poursuite le maire.

« On va les surveiller de très près. On va compter le nombre de camions, au besoin. On va avoir une surveillance accrue, pas une conscience aveugle », ajoute-t-il.

http://www.radio-canada.ca/sujet/lac-megantic Consultez notre section spéciale.

INOLTRE SU HUFFPOST

Explosion d'un train à Lac-Mégantic
Explosion à Lac-Mégantic: photos de la Sûreté du Québec