NOUVELLES

Les Etats-Unis appellent la Chine à laisser sa monnaie s'apprécier

11/07/2013 11:47 EDT | Actualisé 10/09/2013 05:12 EDT

Le secrétaire au Trésor américain Jacob Lew a appelé jeudi la Chine à laisser sa monnaie s'apprécier mais a admis que l'attitude du géant asiatique allait dans la bonne direction.

M. Lew a indiqué avoir longuement parlé avec des représentants chinois du taux de change du yuan pendant la rencontre annuelle de deux jours entre les deux plus grandes puissances économiques du monde.

"Nous avons pris note du fait qu'il y a eu des progrès dans la diminution de l'écart (entre les valeurs des monnaies américaine et chinoise, NDLR), mais nous avons aussi fait savoir de manière claire que davantage de progrès devaient être accomplis afin que le taux de change soit réellement déterminé par le marché", a affirmé M. Lew à des journalistes.

M. Lew a déclaré qu'il observait un "intérêt commun" des deux pays à un équilibrage des taux de change du yuan et à l'ouverture du marché intérieur chinois, car cela signifierait "plus de croissance en Chine et plus de possibilités pour les exportations américaines".

"Nous faisons pression pour que la Chine fasse les choses dont elle-même a besoin", a-t-il dit.

Les exportateurs américains accusent la Chine de sous-évaluer le yuan afin d'inonder le monde de produits à bas coûts, élément-clé de la stupéfiante croissance chinoise de ces dernières années.

Quatre avocats américains non affiliés politiquement ont, dans une lettre collective adressée avant la rencontre, appelé M. Lew à presser la Chine de "se diriger rapidement" vers ce qu'ils considèrent comme un taux de change déterminé par les lois du marché.

Mais la pression sur la Chine a diminué avec l'appréciation du yuan de plus de 15% par rapport au dollar ces dernières années, en grande partie la conséquence des craintes chinoises d'une inflation trop élevée.

Le département du Trésor avait jusqu'en janvier dernier, lorsqu'il était dirigé par le prédécesseur de M. Lew, Timothy Geithner, favorisé une diplomatie discrète sur les taux de change et refusait de qualifier la Chine de manipulatrice du taux de change.

sct/nss/bap/tj

PLUS:afp