NOUVELLES

Le "passeport mondial" accordé à Snowden est juste symbolique, selon Quito

11/07/2013 01:09 EDT | Actualisé 10/09/2013 05:12 EDT

Une ONG américaine a délivré à Ewdard Snowden un "passeport mondial", document non légal mais reconnu à titre symbolique par quelques pays dont l'Equateur, les autorités de Quito ayant précisé jeudi qu'il ne permettait toutefois pas l'accès à son territoire à l'ex-informaticien.

L'Organisation World Service Authority (WAS), fondée en 1953 et basée à Washington, a annoncé sur son compte Twitter avoir accordé à M. Snowden un "passeport mondial", un document créé au nom de la Déclaration universelle des Droits de l'homme mais qui est refusé par la plupart des Etats.

Seuls le Burkina Faso, la Mauritanie, la Tanzanie, le Togo et l'Equateur lui accorde une valeur essentiellement symbolique.

Le pays latino-américain, qui a été l'un des destinataires d'une demande d'asile de la part de l'ex-consultant du renseignement américain à l'origine de révélations sur le programme secret de surveillance des communications mondiales par Washington, a insisté sur ce dernier point, par la voix de son vice-ministre des Affaires étrangères Marco Albuja.

"Il est nécessaire de préciser que le passeport mondial délivré par l'ONG World Service Authority (WSA) présente un caractère symbolique et est reconnu, en ce sens par notre pays, mais ce n'est pas un document valide pour entrer en Equateur", a indiqué M. Albuja, dans un message posté sur son compte Twitter.

"C'est un instrument emblématique qui n'a pas de valeur juridique pratique. Le document n'offre pas les garanties de sécurité réclamées par notre système d'identification et nos services d'immigration", a-t-il souligné.

Recherché pour espionnage par les États-Unis, Edward Snowden, ex-consultant de l'Agence de sécurité nationale (NSA), est réfugié depuis le 23 juin dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo, son passeport américain ayant été invalidé par Washington.

Le Venezuela a offert de l'accueillir, tout comme le Nicaragua et la Bolivie, mais aucun signe d'un départ prochain de l'Américain pour un de ces pays n'est apparu à ce jour.

SP/pz/gg

PLUS:afp