Huffpost Canada Quebec qc
Myriam Lefebvre Headshot

Montréal Complètement Cirque 2013: un croisé de force et de fragilité (CRITIQUE)

Publication: Mis à jour:
(Courtoisie / Montréal Complètement Cirque / Roland Lorente)
(Courtoisie / Montréal Complètement Cirque / Roland Lorente)

Croisement de plusieurs émotions, croisement de plusieurs arts, entre la danse et le cirque, le spectacle Croisé conduit le public avec finesse à vivre une gamme de sensations… Cette œuvre étant le fruit de l’Atelier de recherche et de création proposée aux finissants de l’École nationale de cirque, cela a aussi permis aux interprètes de fonder leur propre collectif multidisciplinaire, le Cirque Céans.

Les artistes circassiens sont déjà en place, alors que les spectateurs gagnent doucement leur siège. Déjà, on remarque de sombres éclairages, l’ambiance intrigue la foule. Deux hommes sont assis sur des chaises très hautes, l’un d’eux joue à la balle. Un autre homme trace des traits de crayon sur une toile, ou plutôt sur une femme qui agit comme une toile. Une cinquième interprète, cachée dans le décor, sort peu à peu de son cocon… L’atmosphère s’installe et la tension monte.

Chaise et bascule

Le rythme s’accélère et cette tension devient observable, alors que les trois artistes masculins exercent une chorégraphie autour d’une table et des chaises. L’exécution des sauts est extrêmement rapide, nos yeux ne savent plus où regarder tellement chacun effectue des enchaînements soutenus. Le ton est donné.

Les chaises restent présentes sur scène et quelques minutes plus tard, leurs comparses féminines se les approprient pour un numéro aérien. Le résultat des corps qui s’entremêlent aux chaises sans siège et sans dossier démontre que l’objet est parfaitement bien exploité. Les envolées sont magnifiques! C’est d’une telle élégance qu’on se sent naviguer entre danse classique et acrobaties, les notes de piano appuyant cet esthétisme.

La finale en chassé-croisé

Plus le spectacle avance, plus on vit des moments forts… Les trois jeunes hommes sur le mât chinois représentent bien cet esprit de chassé-croisé. On repousse un bras de l’autre, on passe par-dessus, par dessous, on se croise, s’entrecroise, se décroise… Une jambe qui en laisse passer une autre, et puis voilà. La finale est tout aussi captivante. Une des deux interprètes féminines propose de magnifiques jeux d’équilibre et d’antipodismes soudains, alors que le reste de sa bande déplace vivement deux pôles métalliques sur lesquels elle se tient. À couper le souffle!

Croisé entremêle ainsi des tableaux de jonglerie, d’acrobaties, de danse contemporaine, de danse classique et de contorsion tout en laissant le public rencontrer des sentiments entrecroisés tels la mélancolie, la tristesse, l’amour, la tragédie. Certains moments sont plus « punchés », on ressent donc les artistes en résistance, en force. D’autres numéros sont exécutés en douceur, sur des airs mélodramatiques. Leur délicatesse enchante…

EN VIDÉO :