NOUVELLES

Reconstruction à Lac-Mégantic : par où commencer?

10/07/2013 05:56 EDT | Actualisé 09/09/2013 05:12 EDT

Un texte de Dominique Scali

Bien qu'on ne puisse encore chiffrer les pertes et dommages matériels dus à la tragédie ferroviaire à Lac-Mégantic, la reconstruction commence à poindre dans les esprits. Comment peut-on aider une petite communauté à retrouver sa santé économique après une catastrophe?

« Lac-Mégantic n'est pas une des villes les plus riches au Québec [...] C'est pire que si c'était survenu ailleurs, » commente Guillaume Rousseau, professeur adjoint à la Faculté de droit de l'Université de Sherbrooke.

Pour ce spécialiste en gouvernance municipale et observateur de la scène économique en Estrie, l'aide de 60 millions de dollars offerte mercredi par le gouvernement provincial correspond à un soutien à court ou moyen terme, mais ne sera pas suffisante pour relever le défi économique qui attend la ville à long terme.

Alors que l'attention médiatique et gouvernementale est très présente dans les jours suivants la tragédie, « à moyen long terme, l'attention du public sera moins là, et c'est normal », explique M. Rousseau. « Il faudra que la municipalité ait les outils pour se reprendre elle-même en main, ce qui n'est pas toujours le cas. »

Parmi les solutions à envisager, M. Rousseau avance l'idée pour le gouvernement d'octroyer des pouvoirs supplémentaires à la municipalité pour lui permettre de prendre des initiatives économiques.

Miser sur le tourisme

Se rendre à Lac-Mégantic en tant que touriste est une façon d'aider la communauté à se relever financièrement, croit M. Rousseau.

La mairesse Colette Roy-Laroche avait d'ailleurs lancé un appel aux touristes lors d'un point de presse mardi, incitant les gens à venir en grand nombre pour soutenir l'économique de la ville.

La mairesse a également annoncé mercredi que les industries pouvaient reprendre leurs activités. M. Rousseau félicite d'ailleurs le gouvernement  pour l'aide fournie à court terme pour la relocalisation de certaines entreprises, puisque la fermeture des usines occasionne des pertes.

Par ailleurs, les sinistrés et proches des victimes auront aussi besoin de conseils juridiques, notamment dans leurs tractations avec les assurances et concernant les questions de successions qui vont se poser, rappelle M. Rousseau. Le Barreau du Québec a d'ailleurs annoncé qu'il travaillait sur une trousse de renseignements pour les résidents qui ont perdu un proche dans la catastrophe.

PLUS:rc