POLITIQUE

Québec demande à Ottawa de payer sa part pour la catastrophe de Lac-Mégantic

10/07/2013 10:38 EDT | Actualisé 09/09/2013 05:12 EDT
AP

QUÉBEC - Le gouvernement Marois débloque 60 millions $ pour aider Lac-Mégantic, mais veut refiler une partie de la facture à Ottawa.

La première ministre a fait l'annonce de son plan d'aide mercredi midi, en exprimant en même temps sa colère et son «sentiment de dévastation».

«C'est une première tranche d'aide, on est très conscient que ce ne sera pas suffisant», a dit Pauline Marois à la sortie d'une séance du conseil des ministres qui a été pour l'essentiel consacrée aux suites à donner à la catastrophe ferroviaire de samedi.

«On ira là jusqu'où il nous faut aller» dans le financement de l'indemnisation et de la reconstruction, a-t-elle assuré, dans le hall de l'édifice Honoré-Mercier, à Québec, entourée de trois de ses ministres. Elle s'attend à ce que le fédéral «fasse sa part», paie une partie des 60 millions $, sans la chiffrer pour l'instant. Un membre du cabinet de la première ministre devait d'ailleurs contacter mercredi matin un de ses homologues au bureau du premier ministre Stephen Harper, à Ottawa, pour annoncer les mesures mises en place.

Selon le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, les «canaux sont ouverts» avec le gouvernement Harper et son lieutenant politique québécois, le ministre Christian Paradis, même si le programme d'aide d'Ottawa s'applique plutôt aux désastres naturels. «Il y a manifestement une ouverture du gouvernement fédéral, j'ai eu l'occasion de le constater au terme de deux discussions avec M. Paradis, sur place, à Lac-Mégantic», a dit M. Bergeron, dans un point de presse en fin de journée mercredi.

«Je pense que c'est la responsabilité d'Ottawa de contribuer à aider cette ville et ces citoyens», a pour sa part fait valoir Mme Marois. Tôt ou tard, il faudra que non seulement Ottawa, responsable de la réglementation ferroviaire, mais aussi l'entreprise en cause, la Montreal Maine & Atlantic (MMA), financent aussi les secours et les travaux à Lac-Mégantic, a-t-elle laissé entendre, en partageant la colère des citoyens.

«En plus de notre profonde tristesse, nous éprouvons un sentiment de colère bien légitime. En temps et lieu, aussi bien l'entreprise que les autorités concernées devront rendre des comptes. Jamais un tel événement n'aurait dû se produire.»

Elle a d'ailleurs jugé durement l'entreprise ferroviaire et son grand patron, Edward Burkhardt. Il a été la cible de critiques acerbes dans l'opinion publique pour son mutisme et son attentisme.

«C'est une attitude complètement déplorable de la part du président de l'entreprise. Je comprends qu'il ne parle pas français mais il aurait pu être accompagné d'une personne pour le guider et être présent sur place. C'est une attitude qui n'est pas acceptable.»

Un bureau d'aide sera ouvert dès lundi matin pour accueillir les réclamations et tout sera mis en oeuvre pour aplanir les tracasseries bureaucratiques, a indiqué la première ministre.

Une somme forfaitaire de 1000 $ sera versée à chaque famille qui a dû évacuer son foyer. Des indemnités seront aussi accordées pour les vêtements, l'hébergement temporaire et le ravitaillement, ainsi que le déménagement ou les meubles, entre autres. L'État accordera par ailleurs jusqu'à 153 000 $ à un propriétaire dont la résidence principale a été détruite. Au total, 8,0 millions $ sont réservés aux particuliers.

Les entreprises pourront aussi bénéficier d'un soutien financier pour renflouer leur fonds de roulement, couvrir le déménagement, l'entreposage, ou pour acheter un nouveau terrain dans la municipalité, si elles sont dans l'impossibilité de reconstruire au même endroit. Le gouvernement a ainsi réservé 10 millions $ pour les entreprises.

La municipalité n'a pas été oubliée non plus. Outre une aide financière de 7,0 millions $ pour rembourser les dépenses d'urgence encourues par Lac-Mégantic, une enveloppe de 25 millions $ servira à la reconstruction du centre-ville et de ses infrastructures.

Enfin, un fonds spécial d'aide à l'économie de 10 millions $ a été mis en place pour inciter les entreprises à s'installer dans la région.

Par ailleurs, la première ministre a fait savoir que les drapeaux du Québec seront mis en berne au Parlement et sur tous les édifices publics sur le territoire pendant une semaine, à compter de jeudi matin.

Elle a aussi indiqué qu'elle se rendrait de nouveau à Lac-Mégantic jeudi pour rencontrer la mairesse — dont elle a salué le courage — ainsi que les résidants durement éprouvés par la catastrophe.

Pauline Marois a dû aussi commenter la participation financière de la Caisse de dépôt à la MMA. En effet, la Caisse possédait 12,77 pour cent des actions de l'entreprise à la fin de 2012.

Mme Marois a dit que le ministre des Finances, Nicolas Marceau, a contacté le président de la Caisse, Michael Sabia, pour obtenir de l'information à cet effet. «Nous, nous en sommes préoccupés», a-t-elle dit en précisant qu'un suivi sera fait.

INOLTRE SU HUFFPOST

Explosion d'un train à Lac-Mégantic
Explosion à Lac-Mégantic: photos de la Sûreté du Québec