NOUVELLES

Le Maine veut inspecter ses chemins de fer

10/07/2013 09:14 EDT | Actualisé 09/09/2013 05:12 EDT

Un texte de Lili Boisvert

Secoué par la tragédie de Lac-Mégantic, le gouvernement du Maine, aux États-Unis, réagit promptement sur son territoire. Siège de la compagnie Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMA), l'État offre ses condoléances à la population de Lac-Mégantic et prévoit un examen approfondi de ses chemins de fer.

Un texte de Lili Boisvert

La Chambre des représentants du Maine a présenté une résolution en ce sens, mardi soir. Déposée par le chef de la majorité démocrate, Seth Berry, la résolution souligne « les liens historiques, culturels et amicaux entre le Maine et le Québec ». Elle dit que les citoyens du Maine sont attristés et choqués par la tragédie et qu'ils compatissent à la douleur et à l'angoisse des Méganticois.

La résolution, qui doit encore être approuvée par le Sénat, enjoint par ailleurs à l'État de se pencher sur la sécurité du transport de matières dangereuses - comme le pétrole - sur son territoire. Un rapport devra être produit après cet examen.

Les élus ne s'entendent pas tous sur la manière dont l'État doit intervenir dans la gestion du commerce sur rails entre États, croit M. Berry, mais tous veulent tirer des leçons de l'accident de Lac-Mégantic et veulent protéger le Maine, a exposé le représentant aux médias locaux.

Selon lui, dans un contexte où le transport de pétrole va croissant au Maine et alors que de nombreux citoyens vivent à proximité des chemins de fer, l'examen de ceux-ci est pertinent, même avant que les conclusions de l'enquête des autorités à Lac-Mégantic soient rendues publiques.

Même son de cloche du côté du Sunjournal, un quotidien du Maine qui, dans un éditorial publié mardi, réclamait que l'accident de Lac-Mégantic serve d'exemple à l'État. « Profitons de ce terrible incident, qui s'est produit à seulement quelques kilomètres de la frontière, pour se pencher sur les règlements fédéraux qui régissent le transport de ces matériaux dans notre État et pour s'assurer qu'ils font ce qui est nécessaire pour réduire la possibilité d'une telle catastrophe ici », écrit l'éditorialiste du Sunjournal.

Le gouverneur du Maine, qui fait référence aux Québécois comme « ses voisins du nord », semble du même avis. Venant appuyer la résolution de la Chambre des représentants, Paul R. LePage a lancé une directive à l'attention du département des Transports de l'État pour qu'il se penche sur le transport ferroviaire de fret au Maine.

Comme au Canada, les voies ferrées relèvent du fédéral, et c'est lui qui peut réguler celui-ci, mais le gouverneur dit quand même vouloir enquêter pour s'assurer de la sécurité des citoyens.

PLUS:rc