NOUVELLES

La Fed veut des gains d'emploi avant de ralentir ses achats obligataires

10/07/2013 06:04 EDT | Actualisé 09/09/2013 05:12 EDT

WASHINGTON - Plusieurs membres de la Réserve fédérale des États-Unis étaient d'accord pour dire le mois dernier que le marché de l'emploi devrait connaître des améliorations soutenues avant que la banque centrale puisse réduire la cadence de ses achats obligataires mensuels, révèle le procès-verbal de leur rencontre du mois de juin. Certains se disaient confiants de voir bientôt une réduction des achats d'obligations.

Le procès-verbal dévoilé mercredi fait écho aux déclarations du président de la Fed, Ben Bernanke, lors d'une conférence de presse suivant la rencontre. M. Bernanke avait alors indiqué qu'un ralentissement du programme d'achats obligataires était envisageable plus tard cette année, et qu'on pourrait y mettre fin aux environs de la mi-2014 si l'économie continuait de s'améliorer.

Les achats d'obligations ont aidé à garder les taux d'intérêt à long terme à leur faible niveau, ce qui favorise les dépenses.

Depuis le début des achats en septembre, l'économie a créé en moyenne 204 000 emplois par mois, comparativement à une moyenne de 174 000 emplois pour les neuf mois précédents. Malgré tout, le taux de chômage reste élevé à 7,6 pour cent.

Le procès-verbal démontre que des membres de la Fed avaient de la difficulté à déterminer la meilleure façon de s'exprimer quant à ses états d'esprits sur son échéancier pour les achats obligataires. Certains voulaient donner plus de détails dans la déclaration émise à la fin de la rencontre. D'autres avaient plutôt l'impression que la déclaration pourrait être mal interprétée.

En bout de ligne, la plupart des participants jugeait que M. Bernanke saurait traduire le raisonnement de la Fed lors de sa conférence de presse — en expliquant que tout ralentissement des achats d'obligations dépendrait des perspectives économiques.

Lors de la conférence de presse, le président de la Fed a expliqué la banque centrale n'hésiterait pas à renforcer son programme d'achats obligataires de nouveau si l'économie s'affaiblissait. Malgré tout, les marchés d'actions et d'obligations ont plongé à la suite de ses remarques et les taux d'intérêt ont grimpé.

Plusieurs membres de la Fed ont aidé à stabiliser les marchés boursiers dans les jours suivant en notant que tout assouplissement des achats d'obligations dépendrait de la santé de l'économie et non d'une date précise. Les actions ont pour la plupart récupéré leurs pertes depuis, notamment avec la publication de données encourageantes sur le marché de l'emploi et de résultats trimestriels d'entreprises.

PLUS:pc