NOUVELLES

Bartoli n'a pas boudé son plaisir

10/07/2013 10:27 EDT | Actualisé 09/09/2013 05:12 EDT

Marion Bartoli est finalement rentrée en France. Elle a débarqué du train à Paris mercredi, encadrée par les photographes, et a raconté son expérience.

Elle éprouve le sentiment du devoir accompli après sa victoire à Wimbledon, où elle a remporté son premier tournoi du grand chelem. Déjà finaliste de l'épreuve en 2007, la Française a cette fois été au bout de son rêve, celui de gagner le tournoi qui lui tenait tant à coeur.

« Je n'ai pas envie de redescendre de mon nuage, même si je n'ai pas vraiment le sentiment d'être sur un nuage. J'ai surtout le sentiment d'avoir accompli ce dont j'ai rêvé depuis tant d'années », a-t-elle dit à l'agence Reuters.

« Autant de bonheur, c'est incroyable, a-t-elle admis. Gagner Wimbledon, vivre une ovation au bal des champions, l'accolade d'Andy Murray (vainqueur du côté masculin) et celle de Novak Djokovic qui m'a demandé de venir au dîner de sa fondation, c'est extraordinaire. »

Elle a reconnu qu'elle ne s'attendait pas à une telle déferlante après cette victoire, la première d'une Française en grand chelem depuis Amélie Mauresmo en 2006 sur le gazon londonien.

« Je ne m'imaginais pas que ce serait à un tel point, a-t-elle dit. La balle de match, cet as, oui, je l'avais imaginé. Mais tout ce qu'il y avait derrière, non! »

Bartoli n'a pas dit un mot sur les propos déplacés du journaliste de la BBC au sujet de son physique quand elle a retrouvé son père dans les gradins après sa victoire. La BBC a présenté ses excuses. La joueuse française a choisi de minimiser l'incident.

Elle veut maintenant reprendre vite sa raquette, car elle s'est fixé un autre objectif .

« Cette victoire, ce n'est pas une pression supplémentaire, c'est au contraire l'envie de continuer à prendre autant de plaisir, a-t-elle expliqué. Évidemment que les Internationaux des États-Unis sont un énorme objectif pour moi. Il faut aller accrocher ce titre. »

Pour ce faire, Bartoli va fonctionner comme elle l'a fait à Wimbledon avec le personnel de la Fédération française pour son travail physique. Thomas Drouet, son partenaire d'entraînement, pallie l'absence d'entraîneur depuis qu'elle s'est séparée de son père, Walter, qui veillait à sa destinée depuis 22 ans.

Marion Bartoli n'est pas inscrite à la Coupe Rogers, qui aura lieu du 3 au 11 août à Toronto.

PLUS:rc