NOUVELLES

Attentat de Boston: Tsarnaev plaide non coupable à 30 chefs d'accusation

10/07/2013 01:20 EDT | Actualisé 09/09/2013 05:12 EDT

BOSTON - Le suspect dans l'attentat perpétré au marathon de Boston, le 15 avril, a plaidé non coupable, mercredi, à 30 chefs d'accusation, dont une d'utilisation d'une arme de destruction massive dans un attentat à la bombe qui a fait trois morts et plus de 260 blessés. Âgé de 19 ans, il pourrait être passible de la peine de mort.

Dzhokhar Tsarnaev a comparu mercredi après-midi en cour fédérale à Boston. Lors de sa première comparution publique depuis son arrestation, le 19 avril, il est apparu le visage tuméfié et avait un bras dans le plâtre. Il affichait un air nonchalant et semblait s'ennuyer.

À la première accusation, il s'est penché vers le microphone et a prononcé «non coupable» avec un accent russe — il est d'origine tchétchène. Il a répété ces mots une demi-douzaine de fois.

Ses deux soeurs, vêtues à la musulman, se trouvaient dans la salle.

Sa première audience judiciaire s'était tenue à l'hôpital où il était traité pour des blessures subies lors d'une fusillade avec la police dans la petite ville de Watertown, en banlieue de Boston.

Les autorités soutiennent que Dzhokhar Tsarnaev a pris la fuite dans une voiture volée après avoir roulé sur le corps de son frère et présumé complice, Tamerlan Tsarnaev, qui est décédé à la suite d'une fusillade avec la police. Un homme ayant remarqué du sang sur son bateau entreposé dans sa cour a permis de le retrouver le lendemain.

À 7 h 30 mercredi, journalistes et spectateurs faisaient déjà la queue devant le palais de justice, surveillé par une dizaine d'agents fédéraux et des chiens renifleurs.

Quatre heures avant sa comparution, Dzhokhar Tsarnaev est arrivé au palais de justice escorté par quatre véhicules dont une camionnette, un véhicule utilitaire sport et une voiture de police.

Environ une dizaine de partisans de Tsarnaev, qui le croient innocent, ont chaudement accueilli le convoi. Certains criaient: «Justice pour Jahar» — Tsarnaev est connu sous ce nom. Une femme tenait une affiche sur laquelle on pouvait lire: «Libérez Jahar».

Lacey Buckley, âgé de 23 ans, est venue de Wenatchee, dans l'État de Washington, pour assister à la mise en accusation. Bien qu'elle ne l'ait jamais rencontré, elle est venue exprimer son appui à Tsarnaev, qu'elle croit innocent.

«Je pense simplement que nombre de ses droits ont été violés. Ils ont presque tué un jeune désarmé dans un bateau», a-t-elle dit.

Brittney Gillis, étudiante à l'université du Massachusetts à Dartmouth, que fréquentait aussi le présumé terroriste, s'est présentée au palais de justice pour apercevoir le suspect. Elle affirme qu'il avait l'habitude de raccompagner une amie à la maison le soir, parce qu'il s'inquiétait qu'elle rentre seule à pied.

L'arrestation de Tsarnaev a ébranlé les gens qui le connaissaient comme un étudiant aimable à Cambridge, où il vivait avec son frère aîné depuis que leurs parents avaient quitté les États-Unis pour la Russie.

Ceux-ci se trouvaient mercredi à Makhachkala, dans la province russe du Daguestan. Sa mère n'a pas voulu faire de commentaires.

Les procureurs affirment que Tsarnaev, de confession musulmane, a écrit sur les parois intérieures du bateau où il se cachait que le gouvernement des États-Unis «tue nos civils innocents».

«Je n'aime pas tuer des personnes innocentes, mais je ne supporte pas de voir un tel mal impuni (...) Nous, les musulmans, ne formons qu'un: vous en blessez un, vous nous blessez tous», aurait-il écrit.

L'acte d'accusation indique aussi que peu de temps avant les attentats, Tsarnaev aurait téléchargé des fichiers d'extrémistes islamistes qui encourageaient à la violence contre les ennemis de l'islam.

Trois personnes ont été tuées dans les attentats à la bombe artisanale à Boston: Martin Richard, âgé de huit ans, Kristen Marie Campbell, 29 ans, et Lingzi Lu, 23 ans. Les autorités affirment que les frères Tsarnaev ont également tué un policier de l'Institut de technologie du Massachusetts, Sean Collier, quelques jours plus tard durant leur fuite.

De nombreux blessés ont été amputés des jambes après les deux explosions, qui se sont produites près de la ligne d'arrivée du marathon de Boston, quelques heures après l'arrivée des coureurs d'élite.

PLUS:pc