NOUVELLES

Un agent infiltré aurait permis de déjouer un complot terroriste en C.-B.

09/07/2013 06:07 EDT | Actualisé 08/09/2013 05:12 EDT

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) aurait utilisé un agent d'infiltration pour arrêter les deux personnes soupçonnées du complot ayant visé à commettre un attentat à l'explosif devant le Parlement de la Colombie-Britannique lors de la fête du Canada, à Victoria, soutient l'avocat de l'une d'elles.

Tom Morino a fait cette déclaration à l'extérieur de la Cour provinciale où ont brièvement comparu les coaccusés, mardi.

Il n'avait que peu de détails sur cette opération policière. Maître Morino assure qu'il analysera ces renseignements qui lui ont été divulgués et qu'il demandera un délai à la Cour suprême de la Colombie-Britannique ce mercredi.

John Stewart Nuttal, âgé de 38 ans, et Amanda Marie Korody, née en 1983, font face à trois chefs d'accusation chacun. Ils sont accusés d'avoir comploté en vue de placer un engin explosif dans ou contre un lieu public dans l'intention de provoquer la mort ou des dommages corporels graves, d'avoir facilité sciemment une activité terroriste, et d'avoir fabriqué ou avoir eu en leur possession une substance explosive.

Les deux accusés avaient une apparence négligée lors de leur comparution en cour, mardi matin. Korody a tout de même souri lorsqu'elle a aperçu son conjoint.

Me Morino confirme que les deux accusés sont détenus séparément pour leur propre sécurité.

Peu après l'arrestation des suspects, le commissaire adjoint de la GRC, James Malizia, a affirmé que Nuttal et Korody avaient été inspirés par l'idéologie d'Al-Qaïda, mais que rien ne permettait de conclure qu'ils avaient bénéficié d'un appui extérieur ou qu'ils avaient agi sous les ordres d'un groupe terroriste.


PLUS:rc