NOUVELLES

Le métro Beaudry se grime de couleur (PHOTOS)

09/07/2013 10:38 EDT | Actualisé 08/09/2013 05:12 EDT
Ismaël Houdassine

Elle était grise, moche et un peu guindée, la voilà rajeunie, éclatée et plutôt flyée. La station Beaudry est tout simplement devenue méconnaissable grâce au travail étonnant de Dominique Pétrin. L'artiste multidisciplinaire de 37 ans qui donnait lundi les dernières touches finales a fait de l'édifice une véritable œuvre artistique.

La station Beaudry se grime de couleur

Derrière cette initiative, on retrouve bien entendu l'événement Aires Libres qui donne chaque année aux artistes émergents la possibilité d'exprimer leur art en public. Après les fameuses boules roses, la 6e édition se concentre cet été sur les bâtisses qui longent la rue Sainte-Catherine en plein cœur du quartier gai.

«J'ai repris l'iconographie que l'on peut retrouver à l'intérieur du métro de Montréal comme certains logos, les flèches ou les cercles. J'ai décidé de leur ajouter les couleurs du drapeau gai, symbole incontournable du village», raconte en entrevue l'artiste montréalaise.

Du rouge, du vert, du jaune, toutes les nuances vives de l'arc-en-ciel habillent dorénavant les murs de la station. Dominique Pétrin a eu carte blanche et disons qu'elle ne s'en est pas privée. «J'ai eu à ma disposition la rue Sainte-Catherine. Quand on m'a demandé par quoi je voulais commencer, j'ai tout de suite pensé au métro Beaudry. C'est une évidence puisque l'édifice représente la porte d'entrée du village. Et puis, habiller une station de métro évoque pour un artiste une sorte de trophée de chasse», déclare-t-elle.

La thématique est claire. L'artiste nous en met plein la vue et fait passer son message. «Mes références sont variées. Mais une chose est certaine, avec mon œuvre, je veux surtout parler de diversité, de fierté et de tolérance», dit-elle tout en précisant vouloir le faire d'une façon festive et drôle.

Ainsi, Dominique Pétrin utilise des blocs de papier de sérigraphie qu'elle applique soigneusement sur les murs de la bâtisse avec de la colle forte et biodégradable, à la manière des affiches de rues. Le résultat a du cachet. À la fois ludique et moderne, l'œuvre prend la forme d'un véritable tableau d'art contemporain. «Mes installations sont très actuelles. Elles s'apparentent à du pop art», affirme-t-elle.

Toutefois, l'exposition possède une date d'expiration, car elle n'est pas faite pour durer. Le temps, la pluie, le soleil et le vent finiront par user les couleurs. Alors, avant que la station Beaudry reprenne son ancienne allure, l'artiste espère bien égayer la vue des passants.

«Il y a beaucoup de gens qui se tiennent autour de ce lieu. On y retrouve toute sorte d'individus aussi bien le jour que la nuit. J'aime beaucoup l'idée que mon œuvre puisse rejoindre autant de personnes. Il y en a même certains qui m'ont écrit pour me dire que j'ai mis du bonheur dans leur quotidien», dit-elle.

INOLTRE SU HUFFPOST

7 stations de métro où (presque) personne ne va