NOUVELLES

Méchante, tordante, réconfortante, Marie-Lise Pilote occupe toute la scène

09/07/2013 03:03 EDT | Actualisé 08/09/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Après une diversion d’une douzaine d’années de sa mission première, Marie-Lise Pilote revient à la scène. Après toutes ces années à titre d’animatrice et de comédienne, elle a voulu retrouver le contact avec le public et la scène, véritable drogue pour quiconque a déjà foulé les planches.

Alors que l’humoriste poursuit une tournée à travers le Québec, débutée en juillet 2012, avec son quatrième «One Woman Show»: «Marie-Lise réconfortante… mais pas reposante», ARTV présente sa rencontre avec Stéphan Bureau, le vendredi 19 juillet, 19h30. Issue du Groupe Sanguin créé en 1983, Marie-Lise, une «bleuet» pure laine, raconte son parcours depuis ses années de cégep où elle potassait davantage ses personnages au détriment de ses matières académiques. Bien qu’elle se dirigeait vers l’éducation spécialisée, la découverte de l’impro l’a instantanément captivée et dérivée de sa trajectoire.

Même si les années passent, les liens demeurent solides entre la «méchante» et ses compagnons de la première heure: Dominique Lévesque, Dany Turcotte, Émile Gaudreault, ses complices des touts débuts qui se sont joints à la discussion.

Le bonheur, cet insaisissable!

D’entrée de jeu, à l’émission «Télé Réalité / Le bonheur à tout prix», on affirme que l’homme est fait pour le bonheur mais l’expérience démontre qu’il n’est pas très doué. Qu’à cela ne tienne, des centaines d’auteurs proposent autant de clés du bonheur.

Des titres axés sur la positivité, la méditation, le moment présent, et combien d’autres sources occupent des tablettes complètes de nos bibliothèques et librairies. Et du côté d’Internet, les propositions de mieux-être, de relaxation, de fontaines de Jouvence et de fils d’Ariane sont légions. Il existe un véritable marché du développement personnel où on enseigne à favoriser l’être plutôt que l’avoir.

Un atelier où on enseigne la gratitude, un autre où on prône le bonheur par le rire ou encore des destinations où la méditation s’exerce dans le plus grand luxe sont à la portée de tous moyennant des prix aussi variables que les méthodes. Mais encore faut-il connaître sa propre définition du bonheur pour ne pas y laisser sa chemise. À TV5, le mercredi 17 juillet, 20h.

Tour de force en cuisine

Il fallait le courage de Geneviève O’Gleman, nutritionniste aux idées astucieuses, pour tenter cette expérience: «Mes 30 jours non transformés». Très active professionnellement, mariée et mère d’une petite fille, Geneviève a voulu, pendant tout un mois et malgré un agenda bien rempli, ne préparer que des repas sans matières transformées telles que sauces toutes faites, pâtés, biscuits, etc. Elle rencontre également des spécialistes dont un biochimiste qui explique qu’il existe, dans certaines préparations, des additifs inconnus tant qu’on ne procède pas à certaines analyses de laboratoire pour en connaître les composantes, ce qui n’a rien de rassurant et devrait nous convaincre de lire les étiquettes. Au Canal Vie, le lundi 15 juillet, 20h.

La cruauté des catastrophes marque le temps. On ne les oublie jamais. Comme ce sera le cas pour l’explosion des wagons à Lac-Mégantic, on se souvient du déluge du Saguenay, survenu en juillet 1996. Suite à un amalgame de phénomènes atmosphériques, des précipitations imposantes se sont abattues sur la région et ont fait sauter les digues. Les soudaines inondations ont emporté des vies et provoqué un milliard et demi de dollars en dommages. On se rappelle les détails du phénomène à «Tout le monde en parlait», le mardi 16 juillet, 19h30, à Radio-Canada.

«La Thérapie», version française de «The Sessions», est un drame biographique qui raconte l’histoire du journaliste et poète Mark O’Brien qui a contracté la poliomyélite en 1955. Confiné à un poumon d’acier d’où il peut s’échapper quelques heures par jour, il accepte d’écrire un article sur la sexualité des personnes handicapées et saisit l’occasion pour s’initier à la sexualité dont il est privé depuis toujours. Il fait appel à une thérapeute du sexe pour son apprentissage et recourt à son guide spirituel pour l’assister dans sa démarche. À Super Écran, le jeudi 18 juillet, 21h. John Hawkes et Helen Hunt en sont les principaux interprètes.

À RADIO-CANADA: dans la spectaculaire série «Terre: la grande aventure de la vie», «Découverte» présente, ce dimanche, 18h30, l’épisode consacré aux oiseaux qui, grâce à leurs ailes, sont capables de multiples prouesses.

À TVA: à «Culture Vélo II», ce samedi, 11h, il sera question d’impressions de participants au « Grand Défi Pierre Lavoie » qui ont pu rouler sur plus de 920 kilomètres, aux côtés de l’instigateur de cet événement.

À TÉLÉ-QUÉBEC: qu’est-ce qui fait qu’un cerveau d’homme soit différent d’un cerveau de femme? La réalisatrice Laure Delesalle a cherché, tant par l’anatomie du cerveau, l’imagerie cérébrale, le rôle des chromosomes, des hormones et des recherches dans de multiples documents à en comprendre les mécanismes qui leurs sont propres. À «Planète science / Mon cerveau a-t-il un sexe?». Le lundi 15 juillet, 20h.

À TV5: «Les Ambitieux», documentaire très révélateur, qui dépeint les personnalités à la fois similaires et différentes de François Hollande et de Nicolas Sarkozy. Dès l’adolescence, chacun savait déjà qu’il souhaitait devenir président de la République. Et, au cours de leur vie, tous deux ont croisé Jacques Chirac, Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal. Ce dimanche, 20h.

À ARTV: ce dimanche, soirée entièrement «Kà». D’abord, à 19h30, le spectacle présenté au MGM Grand, à Las Vegas, puis, à 21h13, «Kà extrême», nous permet d’assister en coulisses, au tournage du spectacle.

PLUS:pc