NOUVELLES

L'Égypte a un nouveau premier ministre

09/07/2013 01:15 EDT | Actualisé 07/09/2013 05:12 EDT

Au lendemain de la publication d'un calendrier électoral rejeté par les Frères musulmans, l'ancien ministre des Finances Hazem El-Beblaoui a été nommé mardi premier ministre par intérim en Égypte, et le libéral Mohamed ElBaradei, vice-président chargé des affaires étrangères.

La constitution rapide d'un gouvernement de transition est une priorité pour prévenir de nouvelles violences après la fusillade qui a fait 55 morts, lundi à l'aube au Caire, devant la caserne de la Garde républicaine où serait détenu le président déchu Mohamed Morsi, déposé mercredi dernier par l'armée à la suite d'imposantes manifestations de masse.

Les salafistes d'Al-Nour, deuxième parti islamiste d'Égypte après les Frères musulmans, ont annoncé qu'ils ne s'opposaient pas à la nomination de Beblaoui, un économiste libéral, comme chef du gouvernement intérimaire.

Ils avaient bloqué en fin de semaine dernière la désignation d'ElBaradei à ce poste.

Le parti salafiste a d'ailleurs fait savoir qu'il étudiait encore la réponse à apporter à la nomination à une vice-présidence de l'ancien patron de l'Agence internationale de l'Énergie atomique (AIEA), parfois considéré comme « l'homme de Washington ».

Calendrier pour la transition

Pour leur part, les Frères musulmans ont rejeté le décret du chef de l'État par intérim, Adli Mansour, qui a fixé lundi soir un calendrier étalé sur six mois pour la réforme de la Constitution et la tenue d'élections législatives et présidentielle.

Essam El-Erian, numéro deux du Parti de la justice et de la liberté (PJL), aile politique de la confrérie, a dénoncé un décret dû à « un homme désigné par les putschistes et qui usurpe le pouvoir législatif ».

La Constitution d'inspiration islamiste adoptée en décembre dernier par référendum a été suspendue mercredi lorsque l'armée a destitué le président Morsi.

Les Frères musulmans exigent le rétablissement de Mohamed Morsi à la tête de l'État, et des milliers d'entre eux parmi les plus déterminés sont toujours rassemblés autour d'une mosquée du nord-est de la capitale.

Les rues du Caire étaient calmes mardi, mais les Frères musulmans ont appelé à de nouvelles manifestations dans la journée. À Port-Saïd, dans la nuit de lundi à mardi, des coups de feu ont été tirés sur une église. Il y a eu deux blessés.

Aide financière

Pour aider à la mise en place du processus de transition alors que l'Égypte traverse aussi une grave crise économique, les Émirats arabes unis (EAU) et l'Arabie saoudite se sont engagés à fournir au Caire une aide financière de plusieurs milliards de dollars.

Les Émirats feront ainsi un don d'un milliard de dollars et accorderont un prêt de 2 milliards aux nouveaux dirigeants égyptiens. Cette somme fait partie d'un programme d'aide plus vaste de la part d'Abou Dhabi.

L'Arabie saoudite accordera de son côté un prêt de 2 milliards de dollars, qui doit être confirmé dans les 48 heures.

Lundi soir, dans un geste d'apaisement à l'intention des islamistes, Adli Mansour a précisé que le nouveau pouvoir ne remettrait pas en question l'article 2, qui stipule depuis des décennies que la charia (loi islamique) est la principale source de législation, et dont certains laïcs réclament l'abrogation.

Un comité doit être formé d'ici quinze jours pour amender la Constitution, la nouvelle loi fondamentale devant ensuite être soumise à référendum dans un délai de quatre mois et demi.

Dès la Constitution adoptée, des élections législatives seront organisées dans un délai de quinze jours, poursuit le décret, puis une élection présidentielle une fois que le nouveau Parlement se sera réuni. Le président intérimaire sera entre-temps habilité à émettre des lois, après consultation du gouvernement transitoire.

Reuters

PLUS:rc