BIEN-ÊTRE

Les triathlons sont-ils trop dangereux ?

09/07/2013 10:19 EDT | Actualisé 08/09/2013 05:12 EDT

Alors que de plus en plus de triathlons voient le jour à travers le monde, les médias américains se font l'écho d'accidents graves et de décès, on peut donc se demander s'ils ne sont pas trop risqués.

Aux États-Unis la semaine dernière, l'organisme officiel USA Triathlon a mis en garde sur l'âge de plus en plus avancé des triathlètes et sur les conséquences sur le coeur d'une telle épreuve. L'organisme a noté que les hommes âgés de 40 à 60 ans représentent 32% des triathlètes inscrits aux États-Unis.

Le taux de mortalité pendant les triathlons est environ deux fois plus important que lors de marathons, du fait de l'intensité de cette épreuve qui comprend de la natation, du cyclisme et de la course à pied. Le fait que l'épreuve commence par la natation est un facteur aggravant, selon une étude parue en 2012 dans la revue américaine Mayo Clinic Proceedings.

Cependant, USA Triathlon rapporte que la recrudescence d'accidents mortels notée lors des épreuves est surtout due à une plus forte participation. Même si toute épreuve d'endurance extrême ne va pas sans risques associés, l'entraîneuse de l'équipe USA Triathlon, Gale Bernhardt, a livré à Active.com quelques conseils pour bien se préparer :


1. Un certificat du médecin - Les sportifs avec des antécédents cardiaques ou d'autres maladies doivent absolument consulter un médecin en vue de s'entraîner et de participer à un triathlon. 

2. Bien s'entraîner - Cela semble évident, mais le jour de la course on ne devrait pas tester ses limites et aller au-delà des efforts fournis pendant les entraînements. Il est important de bien s'entraîner sur les distances à parcourir et bien se préparer.

3. Bien se préparer à l'épreuve de natation - Si l'épreuve se déroule en extérieur, familiarisez-vous avec la température de l'eau, entraînez-vous sur place quelques jours avant la course, et achetez le matériel approprié, comme une combinaison adaptée à la température de l'eau. Assurez-vous de bien vous préparer mentalement avant le début de la course afin d'éviter de trop stresser. 

4. Bien s'échauffer le jour J - Même s'il n'est pas prouvé que l'échauffement permet d'éviter les blessures, il ne fait pas de mal. Mettez-vous à l'eau 5 à 10 min avant le début de la course.

5. En cas de problème, demander de l'aide - "Il ne faut pas se voiler la face, note Gale Bernhardt, cela peut vous sauver la vie".

jw/kc/cg/ls