NOUVELLES

La Corée du Nord et la Corée du Sud négocient l'avenir de leur site industriel conjoint, Kaesong

09/07/2013 10:40 EDT | Actualisé 09/07/2013 10:42 EDT
AP
A South Korean military vehicle passes by gates leading to the North Korean city of Kaesong at the customs, immigration and quarantine office near the border village of Panmunjom, which has separated the two Koreas since the Korean War, in Paju, north of Seoul, South Korea, Monday, April 8, 2013. A top South Korean national security official said Sunday that North Korea may be setting the stage for a missile test or another provocative act with its warning that it soon will be unable to guarantee diplomats' safety in Pyongyang. But he added that the North's clearest objective is to extract concessions from Washington and Seoul. (AP Photo/Lee Jin-man)

Les Corées du Nord et du Sud ont relancé mercredi les pourparlers sur la réouverture de leur complexe industriel conjoint en territoire nord-coréen, fermé unilatéralement en avril par Pyongyang, a annoncé le ministère sud-coréen de l'Unification.

Une délégation sud-coréenne s'est rendue en Corée du Nord pour tenter de faire redémarrer le site de Kaesong, crucial pour l'économie nord-coréenne et les entreprises sud-coréennes qui ont perdu des centaines de millions de dollars depuis le départ des ouvriers nord-coréens.

"Nous ferons notre possible pour faire en sorte que cette réunion permette de rétablir la confiance mutuelle et une meilleure coopération", a déclaré à la presse le chef de la délégation sud-coréenne, Suh Ho, avant son départ pour le Nord.

Les deux Corées étaient tombées d'accord dimanche à l'issue de plus de 12 heures de délicates discussions sur le principe de la réouverture de Kaesong.

Les négociateurs, réunis dans le village de Panmunjom, sur la ligne de démarcation, avaient convenu que les entreprises présentes sur ce complexe reprendraient leurs activités dès qu'elles seraient "prêtes" à le faire.

Séoul exige un engagement ferme de la Corée du Nord en vertu duquel elle s'abstiendra à l'avenir de fermer unilatéralement le parc.

Mais cette concession serai difficile à faire pour Pyongyang car elle sonnerait comme un aveu de responsabilité alors que le régime communiste tient Séoul et son allié américain comptable des récentes tensions.

Les discussions du week-end ont marqué "un premier pas, mais la partie ardue commence maintenant", a souligné un responsable du ministère de l'Unification.

Ces pourparlers sont intervenus après plusieurs mois de vives tensions sur la péninsule coréennes avec notamment des menaces de la part de la Corée du Nord, dont l'économie souffre d'un renforcement des sanctions infligées par les Nations unies après un essai nucléaire en février.

La Corée du Nord, invoquant l'hostilité du Sud à son endroit, avait retiré le 8 avril ses 53 000 employés des 123 usines présentes sur ce site industriel. Le Sud avait retiré peu après ses cadres et contremaîtres.

Kaesong avait été mis en place dans le sillage de "la diplomatie du rayon de soleil", menée par la Corée du Sud de 1998 à 2008 pour encourager les contacts entre les deux frères ennemis qui restent techniquement en guerre puisque la Guerre de Corée s'est terminée par un armistice et non par un traité de paix.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les grands moments de tension nucléaire entre Corée du Nord et reste du monde