NOUVELLES

Confusion autour de la demande d'asile d'Edward Snowden au Venezuela

09/07/2013 01:09 EDT | Actualisé 08/09/2013 05:12 EDT

MOSCOU - La confusion règne autour de la taupe de l'agence américaine de sécurité nationale depuis qu'un politicien russe a annoncé sur son compte Twitter, mardi, qu'Edward Snowden avait accepté l'offre d'asile du Venezuela, avant d'effacer sa publication quelques minutes plus tard.

Il n'a pas été possible dans l'immédiat de joindre Alexeï Pouchkov, directeur de la commission des affaires étrangères du Parlement russe, qui s'est souvent prononcé publiquement dans l'affaire Snowden.

Quelques minutes après avoir effacé sa révélation, il a publié un autre message dans lequel il soutient avoir entendu la nouvelle sur les ondes de la chaîne de nouvelles télévisées Rossiya 24, aussi connue sous le nom de Vesti.

La chaîne Vesti soutient que M. Pouchkov a mal compris l'information. Selon la chaîne, la chef d'antenne a annoncé la nouvelle en disant: «Le Venezuela a finalement reçu une réponse de M. Sowden».

La chef d'antenne a ensuite précisé que le Venezuela avait reçu la demande d'asile officielle de M. Snowden, avant de présenter un extrait du président Nicolas Maduro doublé en russe affirmant qu'Edward Snowden «devrait décider quand il s'envolera pour Caracas, s'il choisit de venir ici».

Le Kremlin a refusé de commenter les propos de M. Pouchkov.

Après son arrivée à l'aéroport de Moscou-Cheremetievo le 23 juin, on croyait que l'homme à l'origine des révélations sur les pratiques de la National Security Agency (NSA), recherché par les États-Unis, se rendrait à Cuba. Il n'est cependant pas monté à bord du vol qu'il devait prendre et n'a pas été vu publiquement depuis. Il se trouverait dans la zone de transit de l'aéroport.

Samedi, le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Elias Jaua, affirmait que son gouvernement n'avait pas encore eu de contact avec M. Snowden.

Le Venezuela devra émettre des documents de voyage à M. Snowden puisque les États-Unis ont invalidé son passeport.

Il faudra aussi résoudre le problème de l'itinéraire: le seul vol commercial direct de Moscou vers l'Amérique du Sud se rend à La Havane, à Cuba. Ce vol emprunte des couloirs aériens européens et américains, ce qui pourrait poser problème. L'avion du président bolivien, Evo Morales, a été dérouté la semaine dernière alors qu'il survolait l'Europe, parce que les autorités de certains pays croyaient qu'Edward Snowden était à bord.

Quelques jours après cet incident, les présidents de la Bolivie et du Venezuela ont tous deux offert l'asile à M. Snowden.

PLUS:pc