NOUVELLES

Lac-Mégantic: le premier ministre français Jean-Marc Ayrault attristé

08/07/2013 12:03 EDT | Actualisé 07/09/2013 05:12 EDT

PARIS - Le premier ministre français Jean-Marc Ayrault s’est montré lundi «extrêmement attristé» par la catastrophe de Lac-Mégantic.

M. Ayrault, qui a effectué une visite officielle au Québec au printemps dernier, a évoqué ce drame alors qu’il recevait à Paris le chef de l’Opposition officielle aux Communes, Thomas Mulcair.

«Je suis vraiment extrêmement triste par ce qui s’est passé. C’est terrible. J’ai vu les images à la télévision, j’imagine la souffrance des habitants. C’est particulièrement triste et douloureux», a dit le premier ministre au cours d’un point de presse improvisé dans la cour l’Hôtel Matignon, juste avant la rencontre.

«M. Ayrault était particulièrement touché, a confirmé M. Mulcair à l’issue de l’entretien. Les images l’ont beaucoup affecté. Il voulait plus de détails. Comme j’étais sur place dimanche, j’ai pu lui en parler. J’ai été touché pas sa sensibilité, sincèrement.»

Dans les heures qui ont suivi le drame dimanche, le président François Hollande avait fait part de sa «vive émotion» et exprimé la solidarité de la France. Son premier ministre avait également écrit aux premiers ministres Marois et Harper.

«Je voudrais exprimer à nouveau mon message de soutien, d’affection et de solidarité avec les populations victimes de cette terrible catastrophe et donner tout mon soutien aussi à madame Marois, au gouvernement et aux autorités locales», a déclaré M. Ayrault lundi, avant de vanter la «dignité et le courage» de la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, qu’il a vue à la télévision.

Thomas Mulcair est en visite à Paris pour «tisser des liens» avec les socialistes au pouvoir en France. Son entretien avec le premier ministre Ayrault a duré environ 40 minutes. Les deux hommes ont notamment fait le point sur les négociations du libre-échange Europe-Canada, qui semblent au point mort.

«M. Ayrault garde bon espoir et moi aussi», a déclaré le chef de l’Opposition.

Le socialiste et le néo-démocrate, qui partage une même «approche sociale démocrate», ont aussi abordé un «ensemble de sujets d’intérêt communs», évoquant la nécessité de «travailler fort pour préserver nos acquis sociaux», comme l’assurance-maladie et les régimes de retraite.

«C’est ce que fait le gouvernement français et c’est ce qu’on veut faire au Canada», a dit M. Mulcair, qui voit l’administration publique à la Française comme «un modèle de ce qu’il faut faire pour préserver nos acquis sociaux.»

«La droite et M. Harper nous font croire que les services sociaux sont soudainement devenus trop chers. C’est pour ça qu’une bonne administration publique, sérieuse et crédible, comme celle qu’on voit en France, est si nécessaire», a conclu le leader du NPD.

Après avoir été reçu par le premier ministre Ayrault, Thomas Muclair a rencontré le premier secrétaire du PS, Harlem Désir. Sa visite à Paris se poursuit jusqu’à mercredi.

PLUS:pc