NOUVELLES

Égypte: 42 pro-Morsi tués au Caire, Ziad Bahaa Eldin «très probablement» nommé premier ministre

08/07/2013 05:45 EDT | Actualisé 07/09/2013 05:12 EDT
AP

Quarante-deux pro-Morsi ont été tués lundi à l'aube lors de tirs des forces de l'ordre contre un rassemblement de partisans du président déchu Mohamed Morsi devant le siège de la Garde républicaine au Caire, ont déclaré les Frères musulmans.

Plus tôt, des manifestants avaient affirmé par téléphone à l'AFP que l'armée et la police avaient tiré à balles réelles et lancé des grenades lacrymogènes pour disperser les participants à un sit-in devant le bâtiment militaire.

"J'ai vu de mes propres yeux des gens sur lesquels on a tiré", a déclaré l'un d'eux. Il a ajouté que les forces de l'ordre avaient ensuite poursuivi de nombreux manifestants. "Ils veulent faire partir les manifestants" qui ont affirmé dimanche qu'ils poursuivraient leur sit-in "pour une durée illimitée", avait estimé un autre manifestant.

Après ce qui est défini comme un "massacre", les Frères musulmans ont appelé à un "soulèvement". Le parti de la justice et de la liberté (PLJ), vitrine politique de la confrérie, appelle dans une déclaration écrite au "soulèvement du grand peuple d'Egypte contre ceux qui sont en train d'essayer de lui voler sa révolution avec des chars".

Le PLJ "presse la communauté internationale, les groupes internationaux et tous les hommes libres du monde d'intervenir pour empêcher d'autres massacres (... et) l'apparition d'une nouvelle Syrie dans le monde arabe".

Mohammed ElBaradei finalement plus premier ministre

Par ailleurs, on en sait un peu plus sur le futur premier ministre. Si Mohammed ElBaradei a été pressenti pour occuper le poste, c'est Ziad Bahaa Eldin, un technocrate de centre-gauche qui a dirigé plusieurs institutions économiques égyptiennes, qui sera "très probablement" nommé. ElBaradei, lui, prendra la vice-présidence, a déclaré dimanche soir Ahmad al-Mouslimani, le porte-parole de la présidence intérimaire.

Le président par intérim Adly Mansour "penche en faveur des nominations de Bahaa Eldin et Baradei", a-t-il ajouté, en indiquant qu'une décision finale était attendue "demain" (lundi).

Dans la nuit de dimanche à lundi cependant, le chef du parti salafiste al-Nour a rejeté cette nomination en raison de l'"affiliation" de Ziad Bahaa Eldin au Front du salut national (FSN, principale coalition de l'opposition à Mohamed Morsi). "Nous n'avons pas d'objection personnelle (contre Ziad Bahaa Eldin) qui est une figure économique importante (...) nous rejetons sa candidature parce qu'il fait partie du Front du salut national", a déclaré Younès Makhyoun sur la chaîne satellitaire Al-Arabiya. Al-Nour, associé à la transition menée principalement par des mouvements laïques, "veut un technocrate qui fasse consensus ou soit acceptée par 80% à 90%" des Egyptiens, a-t-il ajouté.

Ziad Bahaa Eldin, 48 ans, un avocat d'affaires de formation, a dirigé plusieurs institutions chargées des investissements étrangers ou de la surveillance des marchés, puis fait partie du conseil d'administration de la banque centrale. Il est entré en politique après la chute de Hosni Moubarak début 2011 comme l'un des dirigeants d'une formation laïque de centre-gauche, le parti social-démocrate égyptien, et avait été élu député d'Assiout (sud) fin 2011 . Il est le fils d'un écrivain et intellectuel égyptien renommé, Ahmad Bahaa Eldin.

S'il est nommé, ce choix traduirait une volonté des nouvelles autorités de s'attaquer en priorité aux graves difficultés économiques du pays, en proie à une chute du tourisme, un effondrement des investissements étranger et une chute de ses réserves de devises notamment.

» Suivez ci-dessous les derniers développements en Égypte :

INOLTRE SU HUFFPOST

Les présidents égyptiens