NOUVELLES

Chris Froome a pris l'avantage sur ses rivaux au Tour de France

08/07/2013 12:37 EDT | Actualisé 07/09/2013 05:12 EDT
Getty
FRANCE - JUNE 09: (FRANCE OUT) Christopher Froome of Team Sky Procycling on the final podium during Stage Eight of the Criterium du Dauphine, Sisteron to Risoul, France on Sunday 09 June 2013. (Photo by James Startt/Agence Zoom/Getty Images)

SAINT-NAZAIRE, France - De la façon dont Chris Froome se comporte en véritable patron de la course jusqu'ici, il pourrait faire un grand pas vers la victoire au Tour de France dès mercredi.

Froome aura en effet l'occasion d'augmenter son avance devant le double champion Alberto Contador, le vainqueur 2010 Andy Schleck et son successeur Cadel Evans lors du premier contre-la-montre individuel du Tour, l'une de ses disciplines favorites.

Les rivaux de Froome sont déjà à la traîne après deux jours difficiles d'escalade dans les Pyrénées, qui a confirmé que le coureur britannique est le grand favori du Tour.

Mais Contador, qui accuse près de deux minutes de retard au classement général, n'a pas encore lancé la serviette.

«C'est sûr que je vais tenter quelque chose, a convenu Contador, lundi. Tout le monde a mal aux jambes, mais si on pense que c'est impossible, on n'y arrive pas. Il faut savoir prendre des risques.»

Froome, âgé de 28 ans, a fait preuve de panache et de résilience au cours du week-end.

Tout d'abord, il a largué ses rivaux avec une accélération brutale jusqu'à la ligne d'arrivée de la huitième étape, samedi. Et le lendemain, il a repoussé les attaques de ses rivaux, sans l'aide de ses coéquipiers lors d'une étape de montagne encore plus difficile.

«Ils pensaient probablement me prendre du temps, a analysé Froome. Je savais ce que j'avais à faire pour les contrer.»

Il est difficile de trouver une faille chez Froome, qui a terminé deuxième derrière son coéquipier et compatriote chez Sky Bradley Wiggins l'an dernier — quand il a dû réprimer ses propres ambitions pour servir les intérêts de Wiggins.

Après neuf jours d'une course ponctuée de chutes et 1513 kilomètres au compteur, cette journée de congé, lundi, à proximité des eaux froides de la région Loire-Atlantique, ne pouvait tomber à meilleur moment pour un peloton éprouvé par la chaleur étouffante du sud-ouest de la France.

Contador, Schleck and Evans, âgé de 36 ans, doivent maintenant trouver une façon d'enlever le maillot jaune à Froome.

Contador est à 1:51 au sixième rang; Schleck accuse quatre minutes de retard à la 15e position; Evans suit à 4:36.

Compte tenu que Froome a semblé le plus fort en montagne et qu'il figure parmi les favoris mercredi, ils ont raison de se questionner.

«Ç'a été une première super semaine», a déclaré le responsable de l'équipe Sky, Dave Brailsford.

À moins d'un accident — et il y en a eu plusieurs à grande vitesse jusqu'ici — on voit mal où il pourrait perdre du temps face à ses rivaux. Au contraire, il pourrait continuer à en gagner.

À condition que ses coéquipiers chez Sky ne connaissent pas une autre mauvaise journée comme celle de dimanche, lorsqu'ils n'ont pu suivre le rythme dès les premières ascensions.

«Si nous avons une autre chance comme ça, nous en tirerons le meilleur», a déclaré Contador.

Il y a une lueur d'espoir pour Contador et les autres s'ils parviennent à unir leurs forces contre l'équipe Sky lorsqu'on retournera dans la haute montagne, dimanche. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire.

Contador se souvient qu'il a gagné la Vuelta l'année dernière, où Froome a terminé au quatrième rang à environ 10 minutes.

«J'étais en mode de survie à la Vuelta, a reconnu Froome. Si les gens veulent faire des comparaisons, libre à eux. Mais je ne pense pas que j'étais à mon meilleur niveau.»

Le contre-la-montre de 33 kilomètres, mercredi, des Avranches au Mont Saint-Michel, se veut une occasion pour Froome d'accentuer son avance sur Contador.

«C'est un contre-la-montre très plat, ce qui n'est pas à mon avantage», a avoué Contador.

Auparavant, l'étape de mardi, disputé sur le plat, favorisera les sprinters. Après le contre-la-montre, deux autres étapes de sprint figurent au programme. Dimanche, les coureurs auront droit à la redoutable ascension de 20,8 kilomètres du Mont Ventoux.

Et quelques jours plus tard, ils devront relever le défi de trois étapes consécutives dans les hautes Alpes.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les coureurs insolites du Tour de France 2013
Les hauts-lieux du Tour de France 2013